1963 I have a drream

I have a dream

I am happy to join with you today in what will go down in history as the greatest demonstration for freedom in the history of our nation.

Five score years ago, a great American, in whose symbolic shadow we stand today, signed the Emancipation Proclamation. This momentous decree came as a great beacon light of hope to millions of Negro slaves who had been seared in the flames of withering injustice. It came as a joyous daybreak to end the long night of their captivity.

But one hundred years later, the Negro still is not free. One hundred years later, the life of the Negro is still sadly crippled by the manacles of segregation and the chains of discrimination. One hundred years later, the Negro lives on a lonely island of poverty in the midst of a vast ocean of material prosperity. One hundred years later, the Negro is still languishing in the corners of American society and finds himself an exile in his own land. So we have come here today to dramatize a shameful condition.

In a sense we have come to our nation's capital to cash a check. When the architects of our republic wrote the magnificent words of the Constitution and the Declaration of Independence, they were signing a promissory note to which every American was to fall heir. This note was a promise that all men, yes, black men as well as white men, would be guaranteed the unalienable rights of life, liberty, and the pursuit of happiness.

It is obvious today that America has defaulted on this promissory note insofar as her citizens of color are concerned. Instead of honoring this sacred obligation, America has given the Negro people a bad check, a check which has come back marked "insufficient funds." But we refuse to believe that the bank of justice is bankrupt. We refuse to believe that there are insufficient funds in the great vaults of opportunity of this nation. So we have come to cash this check — a check that will give us upon demand the riches of freedom and the security of justice. We have also come to this hallowed spot to remind America of the fierce urgency of now. This is no time to engage in the luxury of cooling off or to take the tranquilizing drug of gradualism. Now is the time to make real the promises of democracy. Now is the time to rise from the dark and desolate valley of segregation to the sunlit path of racial justice. Now is the time to lift our nation from the quick sands of racial injustice to the solid rock of brotherhood. Now is the time to make justice a reality for all of God's children.

It would be fatal for the nation to overlook the urgency of the moment. This sweltering summer of the Negro's legitimate discontent will not pass until there is an invigorating autumn of freedom and equality. Nineteen sixty-three is not an end, but a beginning. Those who hope that the Negro needed to blow off steam and will now be content will have a rude awakening if the nation returns to business as usual. There will be neither rest nor tranquility in America until the Negro is granted his citizenship rights. The whirlwinds of revolt will continue to shake the foundations of our nation until the bright day of justice emerges.

But there is something that I must say to my people who stand on the warm threshold which leads into the palace of justice. In the process of gaining our rightful place we must not be guilty of wrongful deeds. Let us not seek to satisfy our thirst for freedom by drinking from the cup of bitterness and hatred.

We must forever conduct our struggle on the high plane of dignity and discipline. We must not allow our creative protest to degenerate into physical violence. Again and again we must rise to the majestic heights of meeting physical force with soul force. The marvelous new militancy which has engulfed the Negro community must not lead us to a distrust of all white people, for many of our white brothers, as evidenced by their presence here today, have come to realize that their destiny is tied up with our destiny. They have come to realize that their freedom is inextricably bound to our freedom. We cannot walk alone.

As we walk, we must make the pledge that we shall always march ahead. We cannot turn back. There are those who are asking the devotees of civil rights, "When will you be satisfied?" We can never be satisfied as long as the Negro is the victim of the unspeakable horrors of police brutality. We can never be satisfied, as long as our bodies, heavy with the fatigue of travel, cannot gain lodging in the motels of the highways and the hotels of the cities. We cannot be satisfied as long as the Negro's basic mobility is from a smaller ghetto to a larger one. We can never be satisfied as long as our children are stripped of their selfhood and robbed of their dignity by signs stating "For Whites Only". We cannot be satisfied as long as a Negro in Mississippi cannot vote and a Negro in New York believes he has nothing for which to vote. No, no, we are not satisfied, and we will not be satisfied until justice rolls down like waters and righteousness like a mighty stream.

I am not unmindful that some of you have come here out of great trials and tribulations. Some of you have come fresh from narrow jail cells. Some of you have come from areas where your quest for freedom left you battered by the storms of persecution and staggered by the winds of police brutality. You have been the veterans of creative suffering. Continue to work with the faith that unearned suffering is redemptive.

Go back to Mississippi, go back to Alabama, go back to South Carolina, go back to Georgia, go back to Louisiana, go back to the slums and ghettos of our northern cities, knowing that somehow this situation can and will be changed. Let us not wallow in the valley of despair.

I say to you today, my friends, so even though we face the difficulties of today and tomorrow, I still have a dream. It is a dream deeply rooted in the American dream.

I have a dream that one day this nation will rise up and live out the true meaning of its creed: "We hold these truths to be self-evident: that all men are created equal."

I have a dream that one day on the red hills of Georgia the sons of former slaves and the sons of former slave owners will be able to sit down together at the table of brotherhood.

I have a dream that one day even the state of Mississippi, a state sweltering with the heat of injustice, sweltering with the heat of oppression, will be transformed into an oasis of freedom and justice.

I have a dream that my four little children will one day live in a nation where they will not be judged by the color of their skin but by the content of their character.

I have a dream today.

I have a dream that one day, down in Alabama, with its vicious racists, with its governor having his lips dripping with the words of interposition and nullification; one day right there in Alabama, little black boys and black girls will be able to join hands with little white boys and white girls as sisters and brothers.

I have a dream today.

I have a dream that one day every valley shall be exalted, every hill and mountain shall be made low, the rough places will be made plain, and the crooked places will be made straight, and the glory of the Lord shall be revealed, and all flesh shall see it together.

This is our hope. This is the faith that I go back to the South with. With this faith we will be able to hew out of the mountain of despair a stone of hope. With this faith we will be able to transform the jangling discords of our nation into a beautiful symphony of brotherhood. With this faith we will be able to work together, to pray together, to struggle together, to go to jail together, to stand up for freedom together, knowing that we will be free one day.

This will be the day when all of God's children will be able to sing with a new meaning, "My country, 'tis of thee, sweet land of liberty, of thee I sing. Land where my fathers died, land of the pilgrim's pride, from every mountainside, let freedom ring."

And if America is to be a great nation this must become true. So let freedom ring from the prodigious hilltops of New Hampshire. Let freedom ring from the mighty mountains of New York. Let freedom ring from the heightening Alleghenies of Pennsylvania!

Let freedom ring from the snowcapped Rockies of Colorado!

Let freedom ring from the curvaceous slopes of California!

But not only that; let freedom ring from Stone Mountain of Georgia!

Let freedom ring from Lookout Mountain of Tennessee!

Let freedom ring from every hill and molehill of Mississippi. From every mountainside, let freedom ring.

And when this happens, when we allow freedom to ring, when we let it ring from every village and every hamlet, from every state and every city, we will be able to speed up that day when all of God's children, black men and white men, Jews and Gentiles, Protestants and Catholics, will be able to join hands and sing in the words of the old Negro spiritual, "Free at last! free at last! thank God Almighty, we are free at last!"

Martin Luther King 28 août 1963

* * * * * * * * *

Je suis heureux de vous rejoindre aujourd’hui dans ce qui restera dans l’Histoire comme la plus grande manifestation pour la liberté dans l’Histoire de notre nation.

Il y a cent ans, un grand Américain, dans l’ombre symbolique de qui nous nous tenons aujourd’hui, a signé la Proclamation d’Émancipation. Cet arrêté capital venait comme un grand phare jetant une lumière d’espoir sur les millions d’esclaves noirs qui étaient marqués par les flammes d’une injustice foudroyante. Il venait comme l’aube joyeuse mettre fin à la longue nuit de leur captivité.

Mais cent ans plus tard, le Noir n’est toujours pas libre.
Un siècle plus tard, la vie du Noir reste toujours entravée par les fers de la ségrégation et les chaînes de la discrimination.
Un siècle plus tard, le Noir vit toujours sur un îlot isolé de pauvreté au milieu d’un vaste océan de prospérité matérielle.
Un siècle plus tard, le Noir languit toujours dans les marges de la société américaine, et se considère lui-même un exilé dans son propre pays.

Quand les architectes de notre République tracèrent les magnifiques mots de la Constitution et de la Déclaration d’Indépendance, ils ont signé un billet à ordre dont chaque Américain se trouve l’héritier. Ce billet était une promesse selon laquelle tous les hommes, oui, les hommes noirs aussi bien que les hommes blancs, se voyaient garantir des droits inaliénables à la vie, à la liberté et à la poursuite du bonheur.
Il est aujourd’hui évident que l’Amérique a manqué à ce billet, en qui concerne ses citoyens de couleur en particulier. Au lieu d’honorer cette obligation sacrée, l’Amérique a donné au peuple noir un mauvais chèque, un chèque qui est revenu marqué « sans provision ».

Mais nous refusons de croire que la banque de la Justice est en faillite. Nous refusons de croire qu’il y a des fonds insuffisants dans les grands coffres d’opportunités de cette nation.
Alors, nous sommes venus encaisser ce chèque, un chèque qui nous donnera accès aux richesses de la liberté et à la sécurité de la justice.

Nous sommes également venus dans cet endroit sacré pour rappeler à l’Amérique l’urgence absolue d’aujourd’hui. Il n’est plus temps de s’engager dans un luxe de calme ou de prendre les tranquillisants d’une approche graduelle.
Il est temps maintenant de rendre réelles les promesses de la démocratie.
Il est temps maintenant de quitter la vallée sombre et désolée de la ségrégation pour emprunter le chemin ensoleillé de la justice raciale.
Il est temps maintenant de tirer notre nation des sables mouvants de l’injustice raciale pour aborder le solide rocher de la fraternité.

Il serait fatal à la nation de fermer les yeux sur l’urgence du moment. Cet été étouffant du mécontentement légitime du Noir ne passera pas avant que n’arrive l’automne revigorant de la liberté et de l’égalité.
1963 n’est pas une fin, mais un début. Et ceux qui espèrent que le Noir a besoin d’exploser et sera alors content, auront un réveil difficile si la nation retourne à ses affaires comme à l’habitude. Et il n’y aura ni repos ni tranquillité en Amérique avant que le Noir obtienne la garantie de ses droits civiques. Les tourbillons de la révolte continueront à secouer les fondations de notre nation jusqu’à ce qu’émerge la clarté de la justice.

Mais il y a quelque chose que je dois dire à mon peuple, qui se tient debout sur le seuil brûlant qui conduit à l’intérieur du palais de la justice : dans le processus de conquête de notre place de plein droit, nous ne devons pas nous rendre coupables d’actes injustifiés. Ne nous laissons pas aller à satisfaire notre soif de liberté en buvant la coupe de l’amertume et de la haine. Nous devons pour toujours conduire notre lutte depuis le niveau élevé de la dignité et de la discipline. Nous ne devons pas permettre à notre protestation féconde de dégénérer dans la violence physique. Encore et encore, nous devons nous élever sur les hauteurs majestueuses de la rencontre entre la force physique et la force de l’esprit.

Le nouveau militantisme merveilleux qui a submergé la communauté noire ne doit pas nous conduire à une méfiance envers l’ensemble du peuple blanc, pour beaucoup nos frères blancs, comme en atteste leur présence ici aujourd’hui, qui sont venus confirmer que leur destin est lié à notre destin. Et ils sont venus confirmer que leur liberté est inextricablement liée à notre liberté.

Nous ne pouvons pas marcher seuls.

Et en même temps que nous marchons, nous devons jurer que nous irons toujours de l’avant.

Nous ne pouvons faire demi-tour.

Il en est qui demandent aux partisans des droits civiques : « Quand serez-vous satisfaits ? ». Nous ne pouvons jamais être satisfaits aussi longtemps que le Noir est la victime des horreurs inexprimables de la brutalité policière. Nous ne pouvons jamais être satisfaits aussi longtemps que les corps, lourds de la fatigue du voyage, ne peuvent trouver à se loger dans les motels des autoroutes et les hôtels des villes. Nous ne pouvons pas être satisfaits aussi longtemps que la seule liberté de déplacement du Noir est d’aller d’un petit ghetto à un plus grand. Nous ne pouvons jamais être satisfaits aussi longtemps que le Noir du Mississippi ne peut voter et que le Noir de New York croit qu’il n’a rien pour quoi voter. Non, non, nous ne sommes pas satisfaits, et nous ne serons pas satisfaits jusqu’à ce que « la justice s’écoule comme les eaux et que l’impartialité soit comme un torrent impétueux ».

Je ne suis pas oublieux de ce que certains d’entre vous sont venus ici après être sortis de grandes épreuves et de malheurs. Certains d’entre vous ont récemment quitté d’étroites cellules de prison. Et certains d’entre vous sont venus d’espaces où la quête — la quête de la liberté vous a laissés battus par les tempêtes de la persécution et renversés par les vents de la brutalité policière. Vous avez été les vétérans de la souffrance féconde. Continuez à travailler avec la foi que la souffrance imméritée est rédemptrice. Retournez dans le Mississippi, retournez en Alabama, retournez en Caroline du Sud, retournez en Géorgie, retournez en Louisiane, retournez dans les bidonvilles et les ghettos de nos villes du Nord, en sachant que la situation peut et sera changée d’une façon ou d’une autre.

Ne nous vautrons pas dans la vallée de la désespoir. Je vous dis aujourd’hui, mes amis.

Et alors, bien que nous fassions face aux difficultés d’aujourd’hui et de demain, j’ai toujours un rêve. C’est un rêve profondément enraciné dans le rêve américain.

J’ai un rêve : qu’un jour cette nation se lèvera et vivra la vrai signification de sa croyance : « Nous tenons ces vérités comme allant de soi, que les hommes sont conçus égaux ».

J’ai un rêve : qu’un jour, sur les collines rouges de Géorgie, les fils des anciens esclaves et les fils des anciens propriétaires d’esclaves seront capables de s’asseoir ensemble à la table de la fraternité.

J’ai un rêve : qu’un jour, même dans l’État du Mississippi, un État étouffant dans la chaleur de l’injustice, étouffant dans la chaleur de l’oppression, sera transformé en un oasis de liberté et de justice.

J’ai un rêve : que mes quatre petits enfants vivront un jour dans une nation où ils seront jugés non pas sur la couleur de leur peau mais sur le contenu de leur caractère.

J’ai un rêve aujourd’hui.

J’ai un rêve : qu’un jour, au fond de l’Alabama, avec ses racistes vicieux, avec son gouverneur qui a les lèvres dégoulinantes des mots d’ « interposition » et d’ « annulation » — un jour directement là-bas, en Alabama, les petits garçons noirs et filles noires seront capables de tendre la main aux petits garçons et aux petites filles blancs comme des sœurs et des frères.

J’ai un rêve aujourd’hui.

J’ai un rêve : qu’un jour, chaque vallée sera exhaussée, et que chaque colline et montagne sera nivelée, les endroits rugueux seront aplanis, et les endroits tortueux seront rectifiés ; « et la gloire du Seigneur sera révélée, et tous les hommes la verront ensemble ».

Ceci est notre espoir, et c’est la foi avec laquelle je retourne dans le Sud.

Avec cette foi, nous serons capables de transmuter le montagne de désespoir en une pierre d’espoir.
Avec cette foi, nous serons capables de transformer les vifs désaccords de notre nation en une belle symphonie de fraternité.
Avec cette foi, nous serons capables de travailler ensemble, de prier ensemble, de lutter ensemble, d’aller en prison ensemble, de nous soulever pour la liberté ensemble, en sachant que nous serons libres un jour.

Et adviendra le jour — et adviendra le jour lorsque tous les enfants de Dieu seront capables de chanter avec un sens nouveau :

« Mon pays, c’est de toi, douce patrie de la liberté, c’est de toi que je chante.
Terre où mes aïeux sont morts, terre de la fierté des Pèlerins,
De chaque côté de la montagne, que retentisse la liberté ».

Et si l’Amérique doit être une grande nation, cela doit devenir vrai.

Et alors, Que retentisse la liberté du sommet des prodigieuses collines du New Hampshire.
Que retentisse la liberté depuis les puissantes montagnes de l’État de New York.
Que retentisse la liberté depuis les hautes Allegheny Mountains de Pennsylvanie.
Que retentisse la liberté depuis les Rocheuses enneigées du Colorado.
Que retentisse la liberté depuis les généreux versants de Californie.

Mais non seulement cela :
Que retentisse la liberté depuis les Stone Mountains de Georgie.
Que retentisse la liberté depuis les Lookout Mountains du Tennessee.
Que retentisse la liberté depuis chaque colline et chaque taupinière du Mississippi.
De chaque côté de la montagne, que retentisse la liberté.

Et quand ceci arrivera, quand nous aurons droit de faire sonner la liberté, quand nous la laisserons retentir de chaque village et de chaque lieu-dit, de chaque État et de chaque ville, nous serons capables d’annoncer que le jour où tous les enfants de Dieu, les hommes noirs et les hommes blancs, les juifs et les non-juifs, les catholiques et les protestants, seront capables de tendre par la main et chanter les paroles du vieux spiritual noir,

« Enfin libres ! Enfin libres !
Merci Dieu Tout-puissant, nous sommes enfin libres ! ».

 

 

 

 

 



27/03/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 329 autres membres