Albanie : Le nationalisme de 1850 à 1920.

ALBANIE : LE NATIONALISME DE 1850 à 1920

 

* * * * * * * * * *

 

I/ LA RENAISSANCE ALBANISE (RILINJA) (1850-1920)

 

            Administrativement les populations albanaises étaient réparties dans les 4 eyalet de Jannina (Ioannina), Monastir, (Bitola), Kosovo et Scutari (Shkoder), mélangées à des Grecs, des Serbes, des Valaques, des Slaves macédoniens.

 

            La Renaissance se fit là aussi par le développement de la langue et de la culture albanaise.

 

            1850. Fondation à Bucarest d’une association culturelle albanaise.

 

            1866. Publication du poème épique Skanderberg de Girolamo de Rada (1814-1903).

 

            Par contre dans le pays même, le mouvement fut modeste et l’étude de la langue se développa très lentement. Par contre on commença à recueillir le folklore.

 

            1871. Publication par Zef Jubani d’un recueil de chants populaires et de rhapsodies albanaises.

 

            1878. Publication de l’abeille albanaise recueil de chansons et de proverbes albanais.

 

            Le premier acte politique de la renaissance albanaise (Rilindja) fut la réunion en avril 1877 de notables à l’initiative d’Abdul Frashëri (1839-1892) qui réclama l’autonomie des peuples albanais réunis en une seule eyalet administrée par des fonctionnaires issus de la région et dont la langue administrative et scolaire serait l’Albanais.  

 

            Le traité de San Stefano qui prévoyait l’éclatement du pays albanais provoqua une nouvelle réunion et la constitution d’une ligue (ligue de Prizren) qui regroupait des nationalistes mais aussi des conservateurs musulmans. Devant le refus du congrès de Berlin (Bismarck considérait qu’il n’y avait pas de nationalité albanaise), les  nationalistes résistèrent les armes à la main (contre le Monténégro et la Grèce).

 

            La poursuite des revendications d’autonomie provoqua une intervention de La Porte et l’arrestation de plus de 4.000 patriotes dont Abdul Frashëri et la dispersion de la Ligue de Prizren.

 

            Le mouvement se poursuivit sur le plan culturel par la création à Istanboul d’une société de lettres albanaises qui fit imprimer des livres scolaires et arriva  en 1887 à ouvrir la première école privée nationale à Korça (destinée aux enfants orthodoxes et musulmans). Le mouvement fut poursuivi par les frères d’Abdul Frashëri, Samir et Naïm.

 

            1905.  A Monastir (Bitola), création d’un comité pour la Libération de l’Albanie par B Topulli qui organise des unités de guérilla et commet des attentats autant contre les Turcs que contre les Grecs.

 

LA FORMATION D’UN ETAT ALBANAIS (1912-1914)

 

            Avril 1912. Sous l’influence du député à Istanboul M Priishtina, révolte du Kosovo qui s’étend rapidement à toutes les régions albanaises.

 

            Octobre 1912. Une réunion des chefs albanais prend la décision de ne pas participer à la guerre balkanique et envoi un représentant Ismail Kemal, rencontrer les ambassadeurs des Puissances.

 

            28 novembre 1912.  A Avlona, réunion d’une assemblée de 83 délégués des 3 confessions, qui se déclare Assemblée nationale et proclame l’indépendance de l’Albanie. Un gouvernement provisoire de 7 membres est formé. Mais ces décisions sont ignorées autant à l’extérieur (Puissances) qu’à l’intérieur (par les beys et les chefs des fis).

 

            Après la guerre balkanique, les Puissances doivent tout de même tenir compte de ce phénomène et décident le 29 juillet 1913 de la formation d’une principauté souveraine héréditaire et neutre sous la garantie des grandes puissances. Une commission de 7 membres est mise en place pour organiser la principauté (6 délégués des puissances et 1 Albanais)

 

                        - Le territoire défini couvre 28.000 km² du lac de Scutari et des Prokletije au nord, à Butrint et Koritza (Korça) au sud, regroupant 800.000 Albanais sur 1,5 million. En fait le problème des frontières traînera jusqu’en 19125 et leur tracé donna naissance à l’irrédentisme albanais.  

 

                        - Le prince choisi pour régner est Wilhelm Von Wied (1876-1945) qui débarque en Albanie le 7 mars 1914. Mails il doit faire face à des mouvements sécessionnistes encouragés par les Grecs, des révoltes paysannes contre les grands propriétaires et finalement privé de tout soutien, il abdique le 3 septembre 1914.

 

LA 1ere GUERRE MONDIALE  ET SES CONSEQUENCES.   

 

            Après le départ du prince de Wied, l’Albanie devient un champ de bataille et l’objet de nombreuses convoitises. A la fin de l’année 1916 tout le pays est occupé et le restera jusqu’à la fin de la guerre.

 

            Décembre 1918. Une réaction des patriotes albanais, y compris ceux émigrés aux USA, qui organisent une réunion à Durazzo qui débouche sur la formation d’un gouvernement provisoire chargé de plaider la cause albanaise aux négociations de Versailles, en particulier face » aux appétits italiens, Grecs, Yougoslaves).

 

            Le président Wilson considère comme nulles et non avenues les promesses des traités secrets de la guerre. Au printemps 1920, on en revient donc à l’idée d’une restauration de l’Etat albanais de 1913.

 

FIN

(16/01/12)

 



17/01/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 329 autres membres