CAILLEBOTTE (Gustave) (16 oeuvres)

CAILLEBOTTE (Gustave)

 

19 août 1848 à Paris

21 février 1894 à Gennevilliers  

 

Il est à la fois peintre, collectionneur, mécéne et organisateur des expositions impressionnistes de 1877, 1879, 1880 et 1882.

 

A sa mort Il lègue sa collection de peintures impressionnistes et de dessins à l'État. Passionné de nautisme, membre du Cercle de la voile de Paris, dont le siège est à Argenteuil à Caillebotte est aussi un architecte naval et un régatier qui a marqué son époque

 

Les historiens d'art qualifient volontiers cet artiste « d’original et audacieux ». 

 

Son œuvre est originale par ses thèmes, notamment l'ennui et l'extrême solitude des personnages dans le nouveau Paris haussmannien, mais aussi à la campagne et au sein même du cercle familial (même dans ce cadre privilégié, les personnages semblent indifférents les uns aux autres). 

 

Son œuvre est également originale par sa technique : elle semble proche de l'art photographique, mais, par de puissants effets de perspectives tronquées, les distances et les premiers plans sont écrasés et l'horizon absent, d'où la perception instable et plongeante de ses toiles (Caillebotte invente la vue en plongée dans la peinture). 

 

Au point de vue de la finition et de la composition de ses œuvres, on peut dire que Caillebotte est à la première époque de l'impressionnisme ce que Seurat représente pour la seconde période (néo-impressionnisme et pointillisme). Les effets de vue plongeante s'imposent dans son art à travers les personnages au balcon et ses vues en surplomb des rues et des boulevards.

 

Contrairement aux impressionnistes, qui peignent en plein air des scènes sur le vif, Caillebotte cherche aussi ses motifs à l'extérieur, mais réalise des croquis, retravaille ses esquisses à l'atelier. Dans les années 1890, il est influencé par le courant japoniste.

 

Caillebotte est l'un des premiers grands peintres français à être exposé régulièrement aux Etats-Unis, où il rencontre un vif succès. Durand-Ruel organise une exposition d'impressionnistes à l'American Art Association de  New-York en 1886, où figurent dix toiles de Caillebotte. C'est dans ce pays que se trouvent aujourd'hui nombre de ses toiles, aussi bien dans des musées que dans de grandes collections particulières. Il est l'un des fondateurs du courant « réaliste », qu'illustrera par exemple au xxe siècle l'Américain Edward Hopper.  

 

Fortuné, il n'a pas besoin de vendre ses toiles pour vivre, si bien que les descendants de sa nièce, héritière de Martial Caillebotte (frère de l'artiste), son père, et de son frère Jean Caillebotte (1888-1917) mort au combat, possèdent encore près de 70 % de ses œuvres. À sa mort, son frère Martial et Auguste Renoir, son exécuteur testamentaire, prennent les dispositions pour que l’État accepte le legs de ses tableaux impressionnistes. 

 

Dès le moment où Caillebotte se lie aux impressionnistes, il ne cesse de les aider et ce toujours discrètement. Il achète des toiles aux artistes, finance les expositions impressionnistes. Mais au-delà du mécène et du collectionneur, une amitié durable le lie à la plupart des peintres impressionnistes, comme en témoigne sa correspondance. Il aide financièrement ses amis qui sont dans le besoin, sans nécessairement acheter des toiles, il loue un appartement à Claude Monet près de la gare Saint-Lazare, lui fournissant l'argent nécessaire à l'achat de matériel pour la peinture. Il ne cesse d'aider Camille Pissarro. Auguste Renoir et le collectionneur sont très proches puisque dès 1876, Caillebotte en fait son exécuteur testamentaire et, en 1885, il est le parrain de baptême du fils aîné de Renoir (Pierre) et d’Aline Charigot, sa future épouse.

 

Au Petit Gennevilliers où Caillebotte s'installe définitivement en 1888, il reçoit la visite de ses amis comme Monet, Gustave Geffroy, Octave Mirbeau ou encore Renoir qui est un familier du lieu. À la dissolution du groupe des impressionnistes en 1887, Caillebotte permet de maintenir les liens entre les différents artistes en maintenant la tradition des dîners, qui réunissaient peintres et littérateurs.

 

(Source. Wikipedia)

 

Oeuvres

 

 

Intérieur d'atelier au poêle (1872-73)

Collection particulière. *

 

 

IMG_0490.JPG

 


Femme nue étendue sur un divan. Pastel (1873)

Collection privée. *

 

 

IMG_0488.JPG

 

 

Raboteurs de parquet (1875)

Paris. Musée d'Orsay

 

 

fullsizeoutput_2141.jpeg

 

 

Raboteurs de parquet (version 1876)

??

 

 

IMG_0500.JPG

 


Le Pont de l'Europe (1876)

Genève. Musée du Petit Palais. *

 

 

IMG_0491.JPG

 

 

Rue de Paris, temps de pluie. (1877)

Chicago. Institut d'art. *

 

 

IMG_0492.JPG

 

 

Les Périssoires (1877)

Milwaukee. Art Museum*

 

 

IMG_0495.JPG

 

 

Baigneur s'apprêtant à plonger (1878)

Collection privée. *

 

 

IMG_0493.JPG

 

 

Les orangers (1878)

Houston. MBA*

 

 

IMG_0494.JPG

 

 

Vue de toits (effets de neige) (1878)

Paris. Musée d'Orsay

 

 

fullsizeoutput_2127.jpeg

 

 

Un balcon (1880)

Collection privée. *

 

 

IMG_0496.JPG

 

 

Dans un café (1880)

Rouen. MBA. *

 

 

IMG_0497.JPG

 

 

Henri Cordier (1883)

Paris. Musée d'Orsay

 

 

IMG_0498.JPG

 

 

Roses, jardin du Petit Genevilliers (1886)

Collection privée *

 

 

IMG_0489.JPG

 

 

Voiliers à Argenteuil (1888)

Paris. Musée d'Orsay

 

 

IMG_0499.JPG

 

Le petit bras de la Seine en automne (1890)

Toulouse. Fondation Bemberg

 

 

C9C206C9-E6A6-4829-934E-98343610059A.jpeg

 

 

 

Date de création : 11 mai 2020

Derniere mise à jour : 30 août  2020



11/05/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 822 autres membres