Chronique 1851 - 1860

CHRONIQUE DIPLOMATIQUE ET MILITAIRE MONDIALE

1851 – 1860

 

1854

 

15 mars 1854 (France). Constitution d'une armée d'Orient placée sous les ordres du maréchal de Saint Arnaud.

 

27 mars 1854. (Guerre de Crimée). La France et la Grande-Bretagne déclarent la guerre à la Russie. Le corps expéditionnaire franco-anglais doit comprendre 55.000 hommes.

 

Avril 1854 (Guerre de Crimée). Le général Canrobert arrive à Gallipoli avec le premier élément français.

 

20 mai 1854. (Guerre de Crimée). Une armée russe attaque Silistrie sur le bas Danube.

 

30 mai 1854. (Guerre de Crimée) La division Canrobert est transportée à Varna qui devient la nouvelle base opérationnelle.

 

Juillet 1854.(Guerre de Crimée). Les opérations françaises en Dobroudja sont interrompues par le choléra.

 

13-14 septembre 1854. (Guerre de Crimée). Débarquement franco-anglais en Crimée près d'Eupatoria.

 

20 septembre 1854. (Guerre de Crimée). Défaite russe de l'Alma. Les vaisseaux russes se sabordent à l'entrée de la rade de Sébastopol.

 

26 septembre 1854.(Guerre de Crimée). Prise du port de Balaklava par les alliés.

 

29 septembre 1854.(Guerre de Crimée). Mort du maréchal de saint Arnaud victime du choléra.

 

10 octobre 1854. (Guerre de Crimée). Début de l'investissement de Sébastopol par les Alliés. Ouverture de la première tranchée.

 

17 octobre 1854. (Guerre de Crimée). Echec d'une attaque alliée contre Sébastopol.

 

25 octobre 1854. (Guerre de Crimée). Défaite russe de Balaklava qui essayait de reprendre le port pour couper les lignes de communication des alliés.

 

5 novembre 1854.(Guerre de Crimée). Défaite russe d'Inkerman.

 

18 novembre 1854.(Guerre de Crimée). La brusque arrivée de l'hiver fige les positions autour de Sébastopol.

 

Décembre 1854.(Guerre de Crimée). Une septième division française vient renforcer les effectifs alors que deux autres sont en cours de transport.

 

1855.

 

Janvier 1855 (Guerre de Crimée). Arrivée en Crimée des généraux Pélissier (pour commander le 1er CA) et Niel (en mission).

 

25 janvier 1855. (Guerre de Crimée). La France et l'Angleterre signent avec le roi de Piémont Sardaigne Victor Emmanuel II un traité d'alliance contre la Russie.

 

17 février 1855.(Guerre de Crimée). Echec des Russes devant Eupatoria et démission du commandant en chef Menchikov.

 

21 février 1855. (Guerre de Crimée). L'ingénieur Todleben qui travaille pour les Russes fait desserrer l'étau du siège devant Sébastopol en faisant aménager défensivement le Mamelon vert que les Russes viennent de prendre.

 

2 mars 1855. (Guerre de Crimée). Mort du Tsar Nicolas I. Alexandre II lui succède.

 

11 mars 1855. (Guerre de Crimée). Les Français investissent le Mamelon vert.

 

9 avril 1855. (Guerre de Crimée). Bombardement général de Sébastopol par 520 pièces d'artillerie. Il n'est pas suivi d'assaut.

 

25 avril 1855. (Guerre de Crimée). Etablissement d'une ligne télégraphique directe entre Paris et l'état-major français en Crimée.

 

19 mai 1855. (Guerre de Crimée). Le général Pélissier remplace Canrobert qui a résigné son commandement.

 

4 mai 1855. (Guerre de Crimée). Echec de la prise de Kertch sur la côte est de la Crimée. Les Français retirent prématurément leurs navires provoquant une détérioration des relations franco-anglaises

 

21 mai 1855. (Guerre de Crimée). Nouveau raid de la marine alliée sur Kertch et les bases russes de la mer d'Azov. Kertch est pris ce qui coupe les lignes de ravitaillement russes. La cavalerie russe est détruite.

 

6-7 juin 1855. (Guerre de Crimée). Durs bombardements de Malakoff et du Mamelon vert (qui défendent Sébastopol). Le Mamelon vert est occupé par les Français, mais les Anglais échouent devant le Redan.

 

18 juin 1855. (Guerre de Crimée). Echec d'une attaque franco-anglaise sur Malakoff.

 

27 juin 1855 (Guerre de Crimée). Décès de Lord Raglan victime du choléra. Il est remplacé par le général James Simpson.

 

16 août 1855. (Guerre de Crimée). Le général Gortchakov à la tête de l'armée de Crimée tente une dernière fois de dégager Sébastopol en attaquant sur la rivière Tchernaia, au pont de Traktir. Les Franco Piémontais s'y opposent victorieusement.

 

5-8 septembre 1855.(Guerre de Crimée). Bombardement massif de Sébastopol par plus de 1000 canons. 13.000 obus et 90.000 boulets sont tirés.

 

8 septembre 1855. (Guerre de Crimée). Nouvel assaut sur Sébastopol. La division Mac Mahon s'empare de Malakoff (au prix de 7600 Français), les Anglais du Petit Redan (au prix de 2447 morts). Ces succès provoquent l'évacuation de Sébastopol par les Russes qui ont perdu 13.000 hommes.

 

14 octobre 1855.(Guerre de Crimée). L'escadre de l'amiral Bruat bombarde Kinburn aux bouches du Dniepr. Elle débarque un contingent franco-anglais (avec Bazaine) qui occupe la forteresse. Une garnison française y demeurera tout l'hiver.

 

1856.

 

28 février 1856. (Guerre de Crimée). Signature d'un armistice avec la Russie.

Bilan humain de la guerre :

La France a perdu 95.615 morts dont seulement 10.240 au combat et environ 10.000 des suites de leurs blessures. Les autres sont morts de maladie et d'épidémies (typhus et choléra essentiellement).

 

30 mars 1856 (Guerre de Crimée). Signature du traité de Paris (la conférence de la paix avait commencé le 25 février). Celui ci prévoit :

- Abandon du delta du Danube par la Russie.

- L'intégrité de l'empire Ottoman et des principautés danubiennes est garantie par la France et l'Angleterre.

- Neutralité de la mer Noire avec interdiction à tous les navires de guerre d'y pénétrer (clause annulée en 1871).

- Nomination d'une commission chargée d'établir un règlement sur la circulation du Danube ainsi que ses embouchures et fixer un droit de passage pour en couvrir les frais.

- Confirmation de la convention des détroits de 1841 (fermeture des détroits aux navires de guerre).

- Autonomie de la Moldavie, de la Valachie qui plus tard formeront la Roumanie. Elles ne sont protégées par aucune puissance.

- La Serbie pourra continuer à avoir des garnisons turques avec des droits garantis par les grandes puissances.

- La Turquie est placée sous la sauvegarde des Etats signataires.

 

1857

 

Début 1857 . (Révolte des Cipayes). Révoltes cipayes à Barrackpore et Berhampore (Bengale). La répression anglaise est violente.

 

Avril 1857. (Révolte des Cipayes). A Merath, des soldats indiens sont emprisonnés pour avoir refusé les nouvelles cartouches.

 

10 mai 1857. (Révolte des Cipayes). A Merath, révolte de 3 régiments cipayes. Ils délivrent leurs camarades emprisonnés avant de marcher sur Delhi.

 

Mai 1857. (Révolte des Cipayes). Prise de Delhi et massacre de tous les Européens. Bahadur Shah II est proclamé empereur de l'Inde. Cet incident provoque la défection de nombreuses troupes indiennes dans toute l'Inde (en particulier au Rajpoutana, à Bénarès, au Bihâr). Par contre le Maharadja Sindhia de Gwalior reste fidèle à l'alliance anglaise.

 

30 mai 1857. (Révolte des Cipayes). Révolte indienne à Lucknow. La garnison anglaise résiste jusqu'à sa délivrance en novembre par le général en chef Sir Colin Campbell.

 

Eté 1857. (Révolte des Cipayes). A Cawnpur, Nana Saheb s'empare de la forteresse et massacre toute la garnison y compris les femmes et les enfants.

 

Septembre 1857. (Révolte des Cipayes). Reprise de Delhi par le général Nicholson tué dans les combats.

 

1858

 

17 juin 1858. (Révolte des Cipayes). La reine de Jhansi est tuée à la tête de ses troupes dans un combat près de Gwalior.

 

2 août 1858. (Révolte des Cipayes). L'administration de l'Inde est retirée à la compagnie des Indes. Elle est désormais administrée par un secrétaire d'Etat assisté d'un conseil de 15 membres.

Le gouverneur général est remplacé par un vice roi.

 

 

 

 

 

 

Date création : 16 mars 2014

1ere mise à jour : 10 mars 2017



12/03/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 354 autres membres