04. Histoire : Vade mecum pour le brevet (Article)

CLASSE DE 3e. PROGRAMME D'HISTOIRE.



CAPACITES A ACQUERIR.


THEME INTRODUCTIF. UN SIECLE DE TRANSFORMATIONS SCIENTIFIQUES ET TECHNOLOGIQUES.


Décrire l'évolution d'un aspect de la médecine et expliquer son impact sur les sociétés.

Au cours du XXe siècle la médecine fait des progrès considérables. Ces progrès se rencontrent dans de nombreux domaines.

+ Mise au point de nouveaux vaccins qui font reculer les maladies infectieuses (1921, BCG contre la tuberculose), de nouveaux médicaments plus efficaces (1928, découverte de la pénicilline à l'origine des antibiotiques).

+ Mise au point de nouvelles méthodes d'observations pour faciliter les diagnostics (1958, premières échographie, 1973, invention de l'IRM).

+ Mise au point de nouvelles techniques chirurgicales qui permettent de « réparer » ou de « changer » plus facilement membres ou organes défaillants (1967, première greffe du cœur).

Ces progrès qui s'accélèrent à partir des années 1930, permettent de mieux lutter contre de nombreuses maladies, d'augmenter d'une manière très importante l'espérance de vie, mais de provoquer en contrepartie un fort vieillissement de la population surtout chez les populations occidentales.

Depuis les années 1990, la médecine connaît encore des progrès très importants avec la thérapie génique très prometteuse.


PARTIE 1. GUERRES MONDIALES ET REGIMES TOTALITAIRES (1914-1945).


Thème 1. La Première guerre mondiale : vers une guerre totale (1914-1918).


Connaître et utiliser les repères suivants.


1914-1918. Première guerre mondiale. La 1ere guerre mondiale commence officiellement le 28 juillet 1914 par l'attaque de la Serbie par l'Autriche-Hongrie. La France entre en guerre le 3 août. Elle se termine sur le front français le 11 novembre 1918 par la signature d'un armistice.


1916. Bataille de Verdun. La bataille déclenchée par les Allemands le 21 févier 1916 a pour but d'enfoncer le front et de relancer la guerre de mouvement. Après l'échec de cette stratégie, elle se transforme en guerre d'usure et se termine le 19 décembre 1916. Les gains territoriaux pour les Allemands sont quasi nuls. Cette bataille a coûté 377.000 hommes (tués, blessés ou disparus) à la France et 337.000 hommes aux Allemands. On estime que 22 millions d'obus ont été tirés soit une moyenne de 6 obus au m².


1917. Révolution russe. L'année 1917 voit se produire 2 révolutions en Russie.

La première en février provoque l'abdication du Tsar après une semaine de manifestations populaires (essentiellement des femmes) rapidement soutenues par les soldats qui refusent d'intervenir et la mise en place d'un gouvernement provisoire.

La deuxième dans la nuit du 24 au 25 octobre, prend la forme d'un coup d'Etat du parti bolchevik dirigé par Lénine et organisé par Trotski. Le gouvernement provisoire est remplacé par un gouvernement bolchevik qui signe rapidement un armistice avec l'Allemagne puis la paix, permettant ainsi à l'Allemagne de transférer des troupes sur le front de l'Ouest et de reprendre la guerre de mouvement.


11 novembre 1918. Armistice. Cet armistice marque la fin des combats sur le front français. Il est demandé par l'Allemagne, épuisée par la guerre et qui ne peut plus redresser une situation qui ne peut que déboucher sur une défaite. Mais l'empereur étant parti en exil le 9 novembre, il est signé par les représentants d'un gouvernement provisoire, ce qui permettra plus tard à certains Allemands, dont Hitler, de développer la thèse de la trahison (le coup de poignard dans le dos).

Cet armistice n'est pas le seul.

15 décembre 1917. Armistice entre l'Allemagne et la Russie qui débouche sur la paix de Brest-Litovsk le 3 mars 1918.

29 septembre 1918, armistice de Thessalonique entre les Alliés et la Bulgarie. 30 octobre 1918. Armistice de Moudros entre les Alliés et l'Empire Ottoman. 3 novembre 1918. Armistice de Padoue entre l'Italie et l'Autriche.


Clemenceau. (1841-1929)

Républicain radical, Georges Clemenceau est président du Conseil de 1906 à 1909. Il est de nouveau nommé à la tête du gouvernement français en 1917 alors que la France connaît une crise morale (période des mutineries dans l'armée). Il mène une politique de fermeté qui remobilise les Français dans l'ultime effort vers la victoire. L'armistice du 11 novembre 1918 apparaît comme son triomphe personnel et lui vaut le surnom de « Père la victoire ». Il préside la conférence de la Paix, où il défend des positions très dures vis à vis de l'Allemagne, qui aboutit à la signature du traité de Versailles en 1919. Pourtant il échoue à l'élection présidentielle de janvier 1920 (battu par Paul Deschanel) et se retire de la vie politique.


Lénine. (1870-1924)

Vladimir Ilitch Oulianov est le fils d'un inspecteur d'école. Après des études de droit, il étudie la doctrine de Marx et devient socialiste sous le pseudonyme de Lénine. Selon lui la révolution socialiste est possible si elle est conduite par un petit groupe de révolutionnaires disciplinés et si elle obtient le soutien des ouvriers et des paysans. Exilé à partir de 1907, il fonde le parti bolchevik en 1912 et s'oppose à la guerre. Après la révolution de février 1917 et l'abdication du tsar, il rentre à Pétrograd et publie ses « thèses d'avril » qui réclament la paix immédiate, le pouvoir aux soviets, la terre aux paysans, les usines aux ouvriers. Il prépare avec Trotski la révolution d'octobre 1917 qui lui permet d'arriver au pouvoir et de diriger le pays jusqu'à sa mort.

Carte de l'Europe au lendemain des traités. Concernant les modifications territoriales, il faut retenir :

- La disparition des 4 Empires (Allemagne, Autriche-Hongrie, Russie, Ottoman) qui sont remplacés par des Républiques

- La création de nouveaux Etats :

La Pologne à partir de territoires venant des empires russe, allemand et autrichien

La Finlande, la Lituanie, la Lettonie, l'Estonie à partir de l'Empire russe.

La Tchécoslovaquie à partir de l'Empire austro-hongrois.

- L'agrandissement d'autres Etats : La France récupère l'Alsace Lorraine, la Grèce et la Roumanie s'agrandissent aux dépens de la Bulgarie, La Serbie récupère la Bosnie-Herzégovine, la Croatie et la Slovénie. Elle devient la Yougoslavie.

- L'Allemagne perd de nombreux territoires (au profit de la France, de la Belgique, du Danemark) mais surtout elle est coupée en deux par un couloir (couloir de Dantzig) pour donner un accès à la mer à la Pologne).



Décrire et expliquer la guerre des tranchées et le génocide des Arméniens comme des manifestations de la violence de masse.

La guerre des tranchées. La guerre des tranchées se déroule durant la phase de la guerre défensive (début 1915 jusqu'en mars 1918). Les armées ne pouvant plus manœuvrer et battre l'adversaire, les soldats s'enterrent pour se protéger en particulier de l'artillerie. Avec le temps, les réseaux de tranchées se développent et vont, sur le front ouest, s'étirer de la Suisse à la mer du Nord. Plusieurs lignes de tranchées parallèles renforcent encore le système.

Les conditions de vie dans ces tranchées sont particulièrement dures. Les soldats souffrent du froid en hiver, de la chaleur en été, de la poussière ou au contraire de la boue. Le ravitaillement est irrégulier, les tirs d'artillerie au contraire réguliers. La mort peut survenir, au hasard, à tout moment (obus, tir de sniper, éboulement d'abri, attaque surprise de l'ennemi). Le stress est donc important (A cette époque la notion de stress post traumatique n'est pas connue). A intervalles réguliers, les soldats doivent sortir, traverser le no man's land pour attaquer la tranchée ennemie. Que ce soit un succès ou un échec, les pertes sont toujours énormes, et ces attaques ne débouchent jamais sur une percée du front (du moins jusqu'en mars 1918).

Le génocide arménien. Le génocide arménien organisé par le gouvernement turc commence en avril 1915. Le gouvernement les accuse à tort de trahison pour justifier ces massacres qui ne sont pas les premiers de l'histoire arménienne (1909, massacre de 30.000 Arméniens). Les populations qui vivent au nord de la Turquie sont soit massacrées sur place, soit tuées lors de longues marches qui les conduisent vers le Sud. Au total 1,2 million de personnes sont assassinées. La volonté politique du gouvernement et l'organisation de ce massacre à une vaste échelle démontrent bien qu'il s'agit d'un génocide.


Thème 2. Les régimes totalitaires dans les années 1930.


Connaître et utiliser les repères suivants.


1924-1953. Staline au pouvoir en URSS. Le décès de Lénine le 21 janvier 1924 ouvre une lutte pour sa succession entre Staline qui est secrétaire général du parti communiste (le poste le plus élevé de la hiérarchie) et Trotski qui est ministre de la guerre. Grâce à des alliances de circonstance qui permettent d'isoler Trotski, c'est Staline qui réussit à s'imposer (définitivement une fois qu'il a réussit à faire exclure Trotski du parti communiste en octobre 1927). Une fois son principal adversaire éliminé, il peut mettre en place sa dictature jusqu'à sa mort le 5 mars 1953.


1937-1938. Grande terreur stalinienne (Procès de Moscou, Grandes purges). « Extraordinaire même à l'aune du régime stalinien, la Grande Terreur n'est pas une vague d'arrestation en masse relevant de la routine, comme celles qui balayèrent le pays tout au long du règne de Staline, mais une politique calculée de meurtre collectif. Ne se satisfaisant plus d'emprisonner ses « ennemis politique » réels ou imaginaires, Staline ordonne à la police de faire sortir des hommes des prisons ou des camps de travail pour les exécuter. En l'espace de deux ans, en 1937-1938, suivant des statistiques incomplètes, un total stupéfiant d'au moins 681.692 personnes et probablement beaucoup plus, furent exécutées pour « crime contre l'Etat ». Dans les mêmes années, la population des camps de travail et des colonies du Goulag s'accrut de 1.196.369 à 1.881.570 personnes, sans tenir compte des 140.000 morts au moins dans les camps eux-mêmes et du nombre inconnu des morts au cours du transport vers les camps. » (Orlando Figes, historien britannique)


1933-1945. Hitler au pouvoir (nommé chancelier le 30 janvier 1933).Depuis les élections législatives de novembre 1932, le parti nazi dirigé par Hitler avec 33,1% des suffrages et 196 sièges est devenu les parti le plus puissant d'Allemagne. De plus en janvier 1933, Hitler a noué une alliance parlementaire avec le chancelier Von Papen (membre du Zentrum ) qui pense pouvoir le manipuler, ce qui permet à Hitler de devenir tout naturellement chancelier à son tour le 30 janvier 1933. L'incendie du Reichstag peut-être organisé par les nazis dans la nuit du 27 au 28 février 1933 permet à Hitler, en accusant les communistes, de se débarrasser de ce parti et de commencer à mettre en place les éléments de sa dictature.


1935. Lois de Nuremberg en Allemagne qui excluent les Juifs de la société allemande. Les lois de Nuremberg sont un ensemble de trois textes adoptés par le Reichstag à l'initiative d'Hitler le 15 septembre 1935. L'ensemble de ces lois n'a qu'un seul but : poursuivre et accentuer le processus d'exclusion des Juifs de la société allemande qui avait débuté dès avril 1933 par le boycott des magasins juifs.

- Loi sur le drapeau du Reich. Elle introduit comme drapeau officiel le drapeau nazi et la swastika comme emblème officiel du Reich.

- Loi sur la citoyenneté du Reich. Elle précise que seule une personne de sang allemand est citoyen allemand.

- Loi sur la protection du sang allemand et de l'honneur allemand. Cette loi interdit en particulier les mariages et relations sexuelles extraconjugales entre citoyens allemands et juifs.


Raconter et expliquer.

La stalinisation de l'URSS. Après la mort de Lénine le 21 janvier 1924, Staline, secrétaire général du Parti communiste, réussit à éliminer ses principaux adversaires dont Trotski. Tous ses opposants réels ou supposés sont jugés lors de gigantesques procès à l'issue desquels ils sont condamnés à mort ou à la déportation dans des camps de concentration (Goulag). Cette main d'œuvre permet de mettre en valeur les régions difficiles du pays (Sibérie en particulier).

Parallèlement Staline développe un très important culte de la personnalité (affiches, poèmes, films, pièces de théâtre) qui lui permet d'apparaître comme le sauveur du peuple. Il devient pour les soviétiques le « Petit Père des peuples ».

Pour faire de l'URSS une grande puissance industrielle à l'égal des USA, il lance la planification qui met l'accent sur le développement de l'industrie. Ce succès se fait en partie au détriment de l'agriculture où les paysans refusant la collectivisation se révoltent provoquant ainsi une terrible répression.


La mise en place du pouvoir nazi. A la suite de la 1ere Guerre mondiale, l'Allemagne est durement touchée par une crise économique provoquée en partie par le traité de Versailles. Le chômage augmente fortement (6 millions de chômeurs en 1932)

Dans ce contexte, les idées d'Hitler qui dirige le parti nazi séduisent de plus en plus les Allemands (il promet de redonner à l'Allemagne sa grandeur passée en mettant fin au traité de Versailles et de restaurer le plein emploi). En novembre 1932, aux élections législatives le parti nazi devient le premier parti d'Allemagne, même s'il n'obtient pas la majorité absolue à lui tout seul.

Grâce à une alliance parlementaire avec le chancelier Von Papen, le 30 janvier 1933, Hitler est nommé chancelier par le président Von Hindenburg. Il profite de cette situation pour rapidement prendre des mesures qui restreignent les libertés et qui permettent d'éliminer ses adversaires politiques en particulier les communistes (la loi du 14 juillet 1933 stipule que le seul parti politique existant en Allemagne est le parti ouvrier allemand national socialiste). En août 1934 à la mort du président Hindenburg, il cumule les fonctions de chancelier et de président du Reich.


Caractériser chacun des régimes totalitaires étudiés.

Ces régimes possèdent des points communs :

- Concentration de tous les pouvoirs dans les mains du parti et de son chef (Staline et le parti communiste en URSS, Hitler et le parti nazi en Allemagne)

- Recours à toutes les formes de propagande (en particulier affiches et radio).

- Embrigadement des populations des le plus jeune âge (komsomol en URSS, jeunesse hitlérienne en Allemagne)

- Utilisation de la violence et de la terreur.

- Grâce à une police politique (Tcheka en URSS, Gestapo en Allemagne)

- Grâce à des « camps de travail », goulag en URSS, camps de concentration en Allemagne (Dachau est le premier)

- Grâce à des emprisonnements arbitraires, des tortures, des exécutions.

Mais ces régimes ont des projets et des objectifs différents.

- En URSS, il s'agit de mettre en place une idéologie marxiste-léniniste qui veut supprimer la propriété privée et établir l'égalité sociale. Cela se concrétise sous Staline qui étatise complètement l'économie (agriculture, industrie et commerce). L'Etat contrôle toute l'économie grâce à la planification avec tout de même une priorité pour l'industrie lourde et l'industrie de l'armement.

- En Allemagne, il s'agit d'imposer l'idéologie raciste et antisémite d'Hitler qui érige la race aryenne en race supérieure qui doit conquérir son espace vital et le judaïsme en race (alors qu'il s'agit d'une religion) nuisible qui doit disparaître. Pour cela il reconstitue l'armée allemande, l'industrie de l'armement et développe une politique extérieure particulièrement agressive (1936, remilitarisation de la Rhénanie, 1938, Anschluss (annexion de l'Autriche) et invasion de la Tchécoslovaquie, 1er septembre 19139 attaque de la Pologne).


Thème 3. La Seconde guerre mondiale : une guerre d'anéantissement (1939-1945)


Connaître et utiliser les repères suivants.


1939-1945. La Seconde guerre mondiale.

1er septembre 1939, l'Allemagne envahit la Pologne.

3 septembre 1939, la France et le Royaume-Uni déclarent la guerre à l'Allemagne.

10 mai 1940, offensive allemande à l'Ouest. En 6 semaines la France est vaincue et doit signer un armistice (22 juin) à la suite duquel une partie du pays sera occupé.

21 juin 1941. L'Allemagne attaque l'URSS (opération Barbarossa).

7 décembre 1941, le Japon attaque par surprise la flotte américaine basée à Pearl Harbor, entraînant l'entrée en guerre des USA.

Novembre 1942, débarquements des alliés en Afrique du Nord, ce qui permet à la fois de prendre à revers les forces allemandes en Afrique du Nord, et de donner des bases de départ pour les futurs débarquements en Italie et en Provence. Mais en représailles, l'Allemagne envahit la zone libre.

Début février 1943. Reddition des troupes allemandes à Stalingrad. L'Allemagne et ses alliés ont perdu 760.000 hommes (tués, blessés, disparus, prisonniers) et les soviétiques 1.130.000. Désormais l'Allemagne a perdu l'initiative et les soviétiques peuvent commencer la reconquête de leurs territoires avant d'envahir l'Allemagne.

6 juin 1944. Opération Overlord, débarquement des alliés en Normandie.

15 août 1944. Débarquement allié en Provence.

25 août 1944. Libération de Paris par la 2e DB du général Leclerc.

3 septembre 1944. Libération de Lyon par des éléments de la 1ere armée française du général De Lattre de Tassigny.

30 avril 1945. Suicide d'Hitler à Berlin. Il est remplacé par le Grand Amiral Karl Dönitz.

8 mai 1945. Capitulation de l'Allemagne sans conditions qui met fin à la guerre en Europe.

2 septembre 1945. Capitulation sans conditions du Japon qui met fin définitivement à la 2e Guerre mondiale.


1945. Libération des camps d'extermination. Les camps de concentration et d'extermination sont libérés par les Alliés lors de leurs offensives contre l'Allemagne. Le premier camp à être libéré est le camp de Majdanek près de Lublin (Pologne) en juillet 1944. Auschwitz est pour sa part libéré le 26 janvier 1945. Les alliés sont effarés par ce qu'ils découvrent à tel point que lors de la libération du camp de Buchenwald le 4 avril 1945 par les Américains, le général Eisenhower demande à tous les soldats possédant des appareils photos de prendre des clichés pour témoigner.

8 mai 1945. Fin de la guerre en Europe. Elle se termine par la capitulation sans conditions de l'Allemagne qui disparaît en tant qu'Etat, son territoire étant occupé et administré par les 4 puissances vainqueurs : URSS, USA, Royaume-Uni et France.


Août 1945. Bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki. Les deux bombes atomiques sont lancées les 6 et 9 août 1945. Le bilan des victimes est très incertain et varie beaucoup selon les périodes et les sources : Hiroshima (entre 96.000 et 166.000 morts), Nagasaki (entre 156.000 et 246.000 morts).


Caractériser les enjeux militaires et idéologiques de la guerre. La 2e Guerre mondiale répond à des enjeux à la fois militaires et idéologiques.

Militaires. En Europe, elle est la cause du désir d'Hitler d'acquérir un « espace vital » pour le développement de l'Allemagne mais aussi le désir d'effacer la honte du traité de Versailles. Ce désir ne peut qu'entrer en conflit avec les intérêts des pays concernés par cet espace vital, essentiellement la Pologne et l'URSS.

En Asie, le Japon depuis de longues années est lui aussi dans une logique d'expansion territoriale et de constitution d'un Empire. Dans ce cadre, il ne peut, qu'à un moment ou à un autre, entrer en conflit avec les puissances coloniales européennes, essentiellement les Français et les Anglais.

Idéologiques. Ces considérations territoriales se doublent d'objectifs idéologiques forts.

En Europe, on note une double opposition entre le nazisme et le marxisme léninisme de l'URSS, mais aussi une haine viscérale du nazisme envers le judaïsme (ces notions étant souvent liées d'où l'expression de système judéo-bolchevique). Pour Hitler, la disparition totale de cette double entité est aussi importante que les conquêtes territoriales.

En Asie on note aussi une idéologie raciste de la part des Japonais qui considèrent généralement les peuples asiatiques comme inférieurs à la civilisation japonaise et justes bons à servir leurs nouveaux maîtres.

Ces considérations idéologiques entraînent une violence particulièrement brutale contre les civils qui deviennent des objectifs militaires et sont victimes de massacres importants et nombreux. Il ne faut pas oublier que plus de la moitié des 50 millions de morts de cette guerre sont des victimes civiles.


Décrire et expliquer le processus de l'extermination (des Juifs). Le processus d'extermination des Juifs débute dès 1935. Il est progressif et peut se décomposer en 3 phases.

- De 1935 à 1939, en Allemagne les nazis mettent en place une politique d'exclusion qui vise à chasser les Juifs d'Allemagne. Ils développent une législation antisémite (lois de Nuremberg), mettent en place le boycott plus ou moins violent des magasins juifs, font subir de nombreuses brimades aux Juifs et organisent des pogroms qui s'attaquent à leurs biens et à leurs personnes (nuit de cristal les 9 et 10 novembre 1938 qui provoque la mort d'une centaine de personnes et l'arrestation suivi de la déportation d'environ 30.000 hommes juifs).

- De 1939 à 1942. Le début de la guerre permet aux nazis de passer à la vitesse supérieure. Dans les nouveaux territoires conquis (Pologne, puis Russie), les Juifs, dans un premier temps, sont enfermés dans des ghettos où les conditions de vie particulièrement difficiles provoquent une forte mortalité. A partir de 1940, des groupes spécialisés, les Einsatzgruppen procèdent à des rafles et à des exécutions massives par fusillades (Shoah par balle).

- A partir de 1942 (janvier, conférence de Wansee), devant la masse de personnes à exécuter, Hitler décide de passer à une phase « industrielle de la mort ». Pour cela il fait organiser de gigantesques camps d'extermination (Auschwitz Birkenau) destinés à recevoir les convois de déportés Juifs et à les exécuter au moindre coût grâce à l'utilisation de gaz toxiques. Les Tziganes sont eux aussi victimes de cette politique d'extermination qui fait plus de 5 millions de victimes juives dont 2,7 millions dans les camps d'extermination.


PARTIE 2. UNE GEOPOLITIQUE MONDIALE (depuis 1945)


Thème 1. La guerre froide.


Connaître et utiliser les repères suivants.


Les traités de Rome : 1957. Le 25 mars 1957, signature des traités de Rome par la France, la RFA, l'Italie, la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg. Ils instituent :

La CEE (Communauté Economique Européenne qui prévoit :

Marché commun (suppression des douanes)

Libre circulation des hommes et des capitaux

Politique agricole commune (PAC)

La CEEA (Communauté Européenne de l'Energie Atomique) ou Euratom chargée de coordonner les programmes européens de recherche sur l'énergie nucléaire.


1961-1989. Le mur de Berlin. Le mur de Berlin est construit par les autorités Est allemande dans la nuit du 12 au 13 août 19161. Si Berlin était situé en zone d'occupation soviétique, la ville était divisée elle-même en quatre zones d'occupation où la circulation était libre. Entre 1949 et 1961 plus de 2,6 millions d'Allemands de l'Est avaient quitté la RDA pour la RFA en profitant de cette faille dans le rideau de fer. Pour éviter cette hémorragie, le gouvernement de RDA isole les secteurs américain, anglais et français par un mur qui ne cessera d'être renforcé avec le temps. Comme le fera remarquer Kennedy lors de son discours du 28 juin 1963 devant le mur « le mur fournit la démonstration éclatante du système communiste. »

Le mur de Berlin tombe le 9 novembre 1989 sous la pression des manifestations populaires, ouvrant la voie à la réunification allemande.

Carte des Blocs au moment de la guerre froide. Il faut distinguer deux blocs.

Le bloc de l'Ouest qui rassemble tous les pays de l'ouest autour des Etats-Unis (Norvège, Danemark, Pays-Bas, RFA, Italie, Belgique, Luxembourg, France, Royaume-Uni, Portugal, Grèce). Il faut ajouter aussi le Canada et la Turquie. Ces pays se rassemblent dans une alliance militaire : l'OTAN (Organisation du Traité de l'Atlantique Nord, NATO en anglais).

Le bloc de l'Est qui rassemble tous les pays de l'Est autour de l'URSS (Pologne, Roumanie, Bulgarie, Albanie, Hongrie, Tchécoslovaquie RDA). La Yougoslavie du maréchal Tito bien que communiste entend mener une politique indépendante de la politique soviétique. Ces pays se rassemblent dans une alliance militaire : le Pacte de Varsovie.


Raconter la crise de Berlin et montrer qu'elle est révélatrice de la situation de la guerre froide.


Le blocus de Berlin. Le blocus de Berlin. Depuis la fin de la 2e Guerre mondiale, l'Allemagne a disparu en tant qu'Etat. Elle est divisée en zones d'occupation tenues par les alliés (USA, R-U et France à l'Ouest, URSS à l'Est). Berlin qui est située dans la zone soviétique est elle-même divisée en 4 zones d'occupation. Pour les soviétiques cette présence occidentale constitue une gêne sérieuse et à partir de juin 1948, pour chasser les alliés, Staline décide d'entreprendre le blocus des zones occidentales en coupant toutes les voies d'accès terrestres. Les alliés réagissent par l'organisation d'un gigantesque pont aérien (un vol toutes les 45 secondes) qui apporte à la population tout ce qui est nécessaire à leur vie. Finalement Staline doit reconnaître son échec et lever le blocus en mai 1949.

Ce blocus aura deux conséquences majeures. Il rapproche les pays occidentaux face à la menace soviétique et débouche sur la création de l'OTAN. Il permet la renaissance de l'Allemagne sous la forme de deux Etats, la RFA à l'Ouest sur les zones d'occupation alliées, la RDA à l'Est sur la zone d'occupation soviétique. Berlin conserve son statut.


Le mur de Berlin. Depuis la fin du blocus de Berlin, devant les difficultés matérielles et le manque de liberté, de plus en plus d'Allemands quittent l'Est pour rejoindre l'Ouest. Pour cela ils passent par Berlin qui constitue le seul point de contact entre les blocs.

Pour arrêter cette fuite massive, en accord avec les soviétiques, les autorités Est allemandes, décident dans la nuit du 12 au 13 août 1961 d'ériger un mur de 155 km de long pour isoler Berlin Ouest. Avec le temps ce mur se renforcera et deviendra infranchissable (plusieurs centaines d'Allemands seront tués en tentant de s'enfuir).

En juin 1963, le président américain Kennedy se rend à Berlin et condamne ce mur qui sépare les Allemands et finalement marque l'échec du communisme qui fait fuir ses habitants.

En 1989, avec la libéralisation de la politique soviétique, des manifestations éclatent et le 9 novembre 1989, alors que le passage vers l'Ouest est autorisé pour quelques heures, la masse de la foule provoque la chute du mur qui est rapidement détruit. Peu après le communisme disparaît et le 3 octobre 1990, les deux Allemagne sont réunifiées.


Ces deux crises sont révélatrices de la Guerre froide, car si à chaque fois elles naissent de tensions qui existent entre les deux Grands, elles ne débouchent jamais sur une guerre ouverte. Les deux Grands se menacent mais ne vont pas jusqu'au stade ultime qui est la guerre, car ils ont conscience que celle-ci serait terriblement destructrice.

Lors du blocus de Berlin, les soviétiques laissent voler les avions américains, car les abattre serait un « casus belli ». Ils espèrent l'essoufflement du processus et finissent par reconnaître l'échec de cette politique en abandonnant le blocus.

L'érection du mur de Berlin, marque l'échec du système communiste mais n'entraîne pas de réactions violentes de la part des occidentaux. Ils se contentent de déplorer cette atteinte à la liberté.


Raconter une étape de la construction européenne dans le contexte international.

Le 9 mai 1950, sur une idée de Jean Monet, le ministre français des Affaires étrangère, Robert Schuman prononce un discours dans lequel il propose de mettre en commun les productions françaises et allemandes de deux produits stratégiques, le charbon et l'acier. Il propose aussi que d'autres pays rejoignent cette union. Il veut ainsi éviter de nouveaux conflits qui ruineraient définitivement l'Europe. Cette proposition débouche l'année suivante sur la formation d'une Communauté Européenne du Charbon et de l'Acier (CECA) qui réunit la France, la toute récente République Fédérale d'Allemagne (RFA) ainsi que l'Italie, la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg. Cette union économique, dans le contexte de la guerre froide permet de renforcer le bloc de l'Ouest. Six ans plus tard, cette union est élargie à l'ensemble de l'économie : la CEE.



Thème 2. Des colonies aux Etats nouvellement indépendants.


Connaître et utiliser le repère suivant.

1947-1962. Principale phase de la décolonisation.

Décembre 1946 – Juillet 1954. Guerre d'Indochine qui débouche sur l'indépendance du Vietnam.

Août 1947. Indépendance négociée des colonies anglaises indiennes. Formation de l'Union indienne et du Pakistan.

Novembre 1954 – Juillet 1962. Guerre d'Algérie qui aboutit au retour en France de plus de 800.000 « Pieds-noirs » en France et de quelques milliers de Harkis, les autres étant abandonnés par le gouvernement français en Algérie.

1956. Indépendance négociée du Maroc et de la Tunisie.

1960. Indépendance négociée des colonies françaises constituant l'AOF (Afrique Occidentale Française) et l'AEF (Afrique Equatoriale Française) : Cameroun, Sénégal, Togo, Madagascar, Bénin, Niger, Haute Volta, Côte d'Ivoire, Tchad, Centrafrique, Congo, Gabon, Mali, Mauritanie.

1962-1966. Indépendance négociée de la plupart des colonies anglaises d'Afrique : Ouganda, Kenya, Tanzanie, Zambie, Gambie etc..


Raconter la manière dont une colonie devient un Etat souverain.

Exemple de l'Inde. La lutte pour l'indépendance de l'Inde débute entre les deux guerres mondiales en particulier sous l'impulsion d'un avocat Gandhi qui prône une politique de désobéissance civile. Après la Deuxième guerre mondiale, les Anglais qui ont pris conscience de l'inéluctabilité de cette indépendance entament des négociations. Mais en face les leaders indépendantistes sont divisés :

Nehru qui représente les Hindous milite pour un seul Etat dans les limites de l'Inde britannique.

Ali Jinnah qui représente les musulmans, au contraire veut deux Etats, l'un musulman, l'autre Hindou car il estime que ces deux religions ne peuvent cohabiter dans un même Etat (les musulmans sont minoritaires)

Finalement c'est la position d'Ali Jinnah qui l'emporte, et l'indépendance accordée en 1947, créée deux Etats, l'Union indienne à forte majorité hindoue et le Pakistan à forte majorité musulmane. Mais cet Etat dont le seul lien est l'Islam est partagé en deux : le Pakistan Occidental (futur Pakistan), le Pakistan Oriental (futur Bangladesh qui obtiendra son indépendance après une guerre en 1971).

Cette partition provoque des affrontements très violents entre les communautés et de gigantesques déplacements de populations : Musulmans vers le Pakistan, Hindous vers l'Union indienne.


Thème 3. Géopolitique du monde actuel.


Connaître et utiliser les repères suivants.


1992. Le traité de Maastricht. Ce traité entré en vigueur le 1er novembre 1993, affirme les objectifs de la CEE qui devient une Union européenne. Il définit les 3 piliers de son action ainsi qu'un cadre juridique aux institutions de l'Union.

Les 3 piliers sont :

Les communautés européennes.

La Politique étrangère et de sécurité commune (PESC)

La coopération policière et judiciaire en matière pénale.

Il prévoit aussi la mise en place d'une Union économique et monétaire devant déboucher sur une monnaie unique : l'euro.

2002. Début de la monnaie unique : l'euro. Les conditions de passage à cette monnaie sont précisées par le traité de Maastricht. Pour adhérer à l'euro les Etats doivent respecter un certain nombre de « critères de convergence ».

- Le taux d'inflation ne doit pas excéder de plus de 1,5% celui des 3 pays membres ayant le plus faible taux d'inflation.

- Le déficit budgétaire doit être inférieur à 3% du PIB.

- L'endettement public doit être inférieur à 60% du PIB.

Lors de son entrée en application le 1er janvier 2002, la zone euro comporte 12 pays.


Situer sur une carte les grandes puissances et le Moyen-Orient comme un foyer de conflits.


PARTIE 3. VIE POLITIQUE ET SOCIETE EN FRANCE.


Thème 1. La République de l'entre deux guerres : victorieuse et fragilisée.


Connaître et utiliser les repères suivants.


1936. Victoire électorale et lois sociales du Front Populaire.

Le Front populaire est une coalition de 3 partis politiques :

- la SFIO (socialistes) dirigée par Léon Blum.

- Les Radicaux (plutôt au centre) dirigés par Edouard Daladier.

- Le Parti Communiste Français (créé en 1920) dirigé par Maurice Thorez.

Cette coalition gagne les élections législatives de 1936. Léon Blum qui dirige le parti majoritaire de la coalition devient Président du Conseil.

Décrire.

L'impact de la révolution russe en France.

A la fin de la Première guerre mondiale, les pays qu'ils soient vainqueurs ou vaincus connaissent une grave crise économique. Celle-ci provoque une forte contestation sociale (tant en France qu'en Europe) qui s'inspire le plus souvent du mouvement bolchevik qui vient de prendre le pouvoir en Russie. En France cette influence se manifeste, chez les forces de gauche (SFIO en particulier), par une division entre partisans d'une contestation sociale respectueuse des institutions politiques (prendre le pouvoir légalement par les élections) et partisans d'une révolution violente type Bolchevique (prendre le pouvoir par un coup d'Etat). En 1920, au Congrès de Tours, ces derniers, majoritaires, quittent la SFIO pour former le Parti Communiste Français.


Les principaux aspects de la crise des années 1930.

Au début des années 1930, comme l'Allemagne et d'autres pays, la France est touchée par la crise venue des Etats-Unis (crise boursière de 1929 qui se transforme en crise économique). Des scandales politico financiers (affaire Stavisky) vont accentuer l'antiparlementarisme déjà fort. Les Ligues d'Extrême droite, inspirées par le fascisme italien, contestent de plus en plus violemment les institutions (manifestation du 6 février 1934). Les partis de gauche qui sentent la menace se rapprochent et forment un « Front populaire » qui rassemble la SFIO (Léon Blum), le PCF (Maurice Thorez) et les Radicaux (Edouard Daladier).

Affaire Stavisky. En 1933-1934, l'arrestation d'un petit escroc Alexandre Stavisky, met en lumière des relations de l'escroc avec certains hommes politiques. Cela jette le discrédit sur une classe politique déjà beaucoup critiquée par les ligues d'extrême droite. Sa mort dans des circonstances troubles (il se serait suicider d'une balle tirée dans le dos d'après le titre du Canard enchaîné) ne fait qu'amplifier le scandale et débouche sur les violences du 6 février 1934.

Une ligue peut se définir comme une organisation d'extrême droite qui est violemment hostile à la République et au régime parlementaire. Dans ce cadre, elles refusent de présenter des candidats aux élections et rêvent de s'emparer du pouvoir par un coup d'Etat. Il existe deux catégories de ligues : des ligues d'inspiration monarchiste (Action française) et des ligues d'inspiration fascistes plus ou moins prononcées (Solidarité française, Jeunesses patriotes)


Les principales mesures prises par le Front populaire en montrant les réactions qu'elles suscitent.

La victoire du Front populaire aux élections de juin 1936, soulève un immense espoir et provoque une vague massive de grèves avec occupation des usines (grève sur le tas). Cela force le patronat à signer des accords avec les syndicats ouvriers (accords Matignon en juin 1936) qui prévoient de nombreux avantages :

- Augmentation des salaires de 7 à 15%

- Liberté syndicale.

- Création de représentants du personnel.

- Etablissement de conventions collectives.

Parallèlement le gouvernement prend des mesures parlementaires :

- Création de 2 semaines de congés payés.

- Réduction de la semaine de travail à 40h au lieu de 48h mais payée 48h.

- Prolongement de la scolarité obligatoire de 13 à 14 ans.

- Création de la SNCF qui nationalise toutes les compagnies privées qui existaient jusque là.

Ces mesures provoquent une immense satisfaction dans la population ouvrière qui voit ses conditions de vie s'améliorer notablement, mais sont violemment rejetées par une grande partie de la droite.


Thème 2. Effondrement et refondation républicaine (1946-1946).


Connaître et utiliser les repères suivants.


18 juin 1940. Appel à la Résistance du général de Gaulle. Le général De Gaulle (sous secrétaire d'Etat à la Guerre) réfugié à Londres lance, sur la BBC, un appel à !a Résistance. Celui-ci peu entendu sera repris dans les jours suivants par des tracts largués au dessus de la France occupée.


1940-1944. Régime de Vichy. Mise en place d'un régime dictatorial et collaborationniste avec l'Allemagne sous la direction du maréchal Pétain.


1943. Fondation du Conseil National de la Résistance (CNR) par Jean Moulin. Ce Conseil dirigé par Jean Moulin a pour mission d'unifier tous les mouvements de résistance sous l'autorité du général De Gaulle chef de la France Libre.


1944-1945. Libération de la France, rétablissement de la République (IVe), droit de vote des femmes, Sécurité sociale. La Libération de la France commence avec le débarquement du 6 juin 1944 en Normandie. Les territoires libérés sont placés sous l'autorité du GPRF (Gouvernement Provisoire de la République Française) qui prépare la transition vers une nouvelle République. Celle-ci prendra de nombreuses mesures sociales dont le droit de vote des femmes (effectif en 1945) et la création de la Sécurité sociale.

Raconter la défaite et expliquer ses conséquences, l'armistice et la fin de la IIIe République.

L'offensive allemande de mai 1940 se transforme rapidement en déroute pour l'armée française qui est anéantie en 6 semaines. Le 22 juin 1940, le nouveau président du conseil, le maréchal Pétain, est obligé de signer un armistice avec l'Allemagne. L'Allemagne qui veut venger l'humiliation de 1918 et qui entend poursuivre la guerre contre l'Angleterre impose des conditions sont particulièrement dures : division de la France entre zone occupée par l'Allemagne au Nord et sur la côte atlantique et zone libre au Sud, limitation de son armée à 100.000 hommes, versement d'une forte indemnité d'occupation. Les prisonniers français (plus d'un million) restent en captivité.

Le 10 juillet 1940, les députés et sénateurs de la République votent à une très large majorité (sur 649 votants, il n'y a que 20 abstentions et 80 voix contre, mais il manque 258 parlementaires) es pleins pouvoirs au maréchal Pétain pour modifier la Constitution. C'est la fin de la IIIe République.


Décrire.

- Quelques aspects de la politique du régime de Vichy révélateur de son idéologie.

Le nouveau régime s'installe en zone libre à Vichy. Rapidement il opte pour la voie autoritaire en suspendant les libertés et en rejetant la démocratie rendue responsable de la défaite (De nombreux hauts fonctionnaires dont le préfet Jean Moulin sont révoqués). En octobre 1940, Pétain, à sa demande, rencontre Hitler pour définir une politique de collaboration.

Celle-ci prend rapidement des aspects antisémites par l'adoption d'un statut des Juifs (octobre 1940) comparable aux lois de Nuremberg, puis par la participation à la déportation des Juifs vers les camps d'extermination (A Paris la rafle du « Vel d'hiver » des 16 et 17 juillet 1942 est réalisée par la police française).

Dans le domaine économique, des entreprises travaillent pour l'effort de guerre allemand et à partir de 1943, le STO (Service du Travail Obligatoire) envoie les jeunes Français travailler directement en Allemagne.


- Les principales mesures prises à la Libération (dont le droit de vote des femmes).

Au fur et à mesure de la libération du territoire national, le Gouvernement Provisoire dirigé par le général De Gaulle prend en charge l'administration du pays. Les femmes qui ont obtenu le droit de vote l'exercent pour la première fois en 1945.

En 1946, une nouvelle république remplace le Gouvernement provisoire. Appliquant le programme du CNR, la IVe République met en place une politique économique et sociale importante.

Dans le domaine économique, l'Etat procède à de nombreuses nationalisations, dans le domaine des transports, de la banque et des assurances, de l'énergie (en particulier électricité). Cela permettra des investissements de l'Etat importants et une reprise plus rapide.

Dans le domaine social, le gouvernement met en place une politique sociale ambitieuse avec la création de la sécurité sociale qui rembourse les dépenses de santé, verse des allocations familiales et met en place un système de retraite pour tous les salariés.


Raconter la vie d'un réseau, d'un mouvement ou d'un maquis en montrant les valeurs dont se réclament les hommes et les femmes de la Résistance.

Exemple du mouvement Libération Sud. Le mouvement Libération-Sud naît en zone libre à la fin de l'année 1940. Il est dirigé par E d'Astier de la Vigerie. Raymond et Lucie Aubrac participent à sa fondation.

Les résistants mènent d'abord des actions de propagande, en particulier par le biais d'un journal « Libération ». Puis ils pratiquent l'espionnage au profit des alliés et s'organisent en commandos pour mener des actions militaires : attentats contre les forces allemandes et de Vichy, sabotages des infrastructures. Ils mènent une vie clandestine et très dangereuse car ils sont en permanence pourchassés par la milice française ou la Gestapo allemande.

Dès 1943, Libération-Sud commence à se rapprocher des autres mouvements de résistance comme Combat et Franc Tireur. En mai 1943, il adhère au CNR.


Thème 3. La Ve République à l'épreuve de la durée.


Connaître et utiliser le repère suivant.


1958-1969. Les années De Gaulle. Le général De Gaulle effectue deux mandats. Pour le premier il est élu « à l'ancienne » c'est-à-dire par le Parlement (Sénat et Assemblée nationale). Mais en 1962, il fait instaurer le suffrage universel et en 1965, il est le premier président élu au suffrage universel. Mais l'échec du référendum en 1969 sur la régionalisation le pousse à démissionner et à quitter la vie politique.


1981-1995. Les années Mitterrand. François Mitterrand, premier président de gauche est élu en mai 1981. Il fait Deux mandats (1981-1988 et 1988-1995) mais doit subir 2 cohabitations (1986-1988 (Jacques Chirac) et 1993-1995 (Edouard Balladur)).

1995-2007. Les années Chirac. Jacques Chirac effectue lui aussi deux mandats présidentiels, mais si le premier est de 7 ans, le second n'est que 5 ans, la loi ayant été modifiée en 2000. Luis aussi subit une cohabitation de 1997 à 2002 (Lionel Jospin).


Caractériser.

Les grands choix politiques du général de Gaulle.

Une fois au pouvoir, le général De Gaulle une politique en rupture avec ses prédécesseurs :

En politique intérieure :

- Renforcement du pouvoir présidentiel par le vote, en 1962, d'une réforme qui accentue sa légitimité démocratique (élection au suffrage universel direct), par l'élaboration d'une Constitution qui lui donne un rôle prépondérant (garant de l'indépendance nationale et du respect des traités, il peut dissoudre l'Assemblée nationale).

- Un rapport plus direct avec la population (référendums, « bains de foule » et discours radiotélévisés).

Dans les relations internationales il veut redonner à la France sa place de grande puissance.

- Il met fin à la guerre d'Algérie par la signature des accords d'Evian (19 mars 1962).

- Il accompagne l'indépendance des colonies africaine qui se fait sans violences.

- Il fait développer une bombe atomique entièrement française (1er essai en 1960) ce qui lui permet de mener une politique étrangère indépendante des Etats-Unis (critique de la guerre du Vietnam, aide aux pays africains, reconnaissance politique de la Chine) tout en restant son alliée.

- Il s'oppose à l'entrée du Royaume Uni dans la CEE.


L'alternance sous la Ve République.

L'alternance politique sous la Ve république découle de la durée différente du mandat de député (5 ans) et du mandat de Président de la République (7 ans). Cela implique obligatoirement des élections législatives durant le mandat présidentiel et une possibilité de changement de majorité. Ces alternances vont commencer avec l'arrivée au pouvoir de la gauche en 1981.

François Mitterrand élu pour 7 ans dissout la Chambre des Députés pour obtenir une majorité de gauche. Mais aux élections de 1986, la majorité repasse à droite et François Mitterrand doit accepter une cohabitation avec un Premier ministre de droite : Jacques Chirac.

Réélu en 1988, François Mitterrand dissout une nouvelle fois l'Assemblée, retrouve une majorité qu'il perd à nouveau lors des élections de 1993. Cette fois ci, il « cohabite » avec Edouard Balladur.

Jacques Chirac est élu en 1995. Il commet l'erreur de dissoudre l'Assemblée nationale en 1997. Il perd les élections et doit à son tour accepter une cohabitation avec un Premier ministre de gauche : Lionel Jospin.

La réforme de 2000 qui fixe le mandat présidentiel à 5 ans doit normalement faire disparaître ces risques de cohabitation, le Président de la République et l'Assemblée nationale étant élus la même année pour la même durée.


L'évolution de l'immigration en France depuis 1945.

Après la fin de la 2e Guerre mondial, la France qui doit se reconstruire manque de main d'œuvre. Pour pallier à cette pénurie, le gouvernement français fait massivement appel à une main d'œuvre en provenance de ses colonies, en particulier d'Afrique du Nord. Ces populations issues de ces régions (Algérie, Maroc, Tunisie) deviennent rapidement majoritaires.

Mais la crise économique mondiale qui débute en 1973, freine ces mouvements migratoires. Les migrations professionnelles laissent la place à des migrations visant au regroupement familial.

Cette fermeture des frontières provoque l'apparition d'un nouveau phénomène : l'immigration clandestine. Mais les régularisations menées en 1982 par le nouveau gouvernement de gauche de François Mitterrand (130.000 personnes) montrent que ce phénomène était largement surestimé.

Dans les années 1990, de nouveaux flux en provenance d'Afrique noire se développent.


Décrire et expliquer.

Un exemple d'adaptation législative à l'évolution de la société. (On peut choisir par exemple)

Dans le domaine politique :

- Abaissement de la majorité à 18 ans (1974).

- Abaissement du mandat présidentiel à 5 ans (2000).

- Loi sur la parité hommes femmes lors des élections (2000).

- Limitation du mandat présidentiel à 2 consécutifs (2008)

Dans le domaine économique et social :

- Garanties de ressources pour les chômeurs.

- Généralisation de la sécurité sociale en particulier avec l'adoption de la CMU (Couverture Médicale Universelle) (1999).

- Augmentations régulières du SMIC.

- Passage de la retraite de 65 ans à 60 ans (1981)

- Passage des 39h de travail aux 35h (1998 et 2000)

Dans le domaine des mœurs :

- Légalisation de l'avortement (1975).

- Simplification de la procédure de divorce (1975)

Dans le domaine de l'éducation :

- Création du collège unique (1975)


Dernière mise à jour : 11 juin 2014



27/03/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 353 autres membres