2001 : 12 septembre à Liberté immuable (7 octobre 2011) (Chronique)

DU 12 SEPTEMBRE A "LIBERTE IMMUABLE"

 

 

12 septembre 2001. USA.

            10h30. R Giuliani déclare que le bilan sera de plusieurs milliers de morts.

            10h50. G Bush qualifie les attentats « d'actes de guerre » et réclame au Congrès 20 milliards de dollars pour financer la riposte et la reconstruction.

            10h54. CNN annonce que des appels téléphoniques interceptés émaneraient de membres d'une organisation financée par le milliardaire saoudien Ben Laden.

            11h25. 9 sauveteurs sont sortis vivants des décombres du WTC.

            12h10. Les nouvelles règles de sécurité de la FAA interdisent la vente de couteaux, même en plastique, dans les boutiques aéroportuaires.

            13h. Plusieurs personnes sont interrogées par le FBI. L'enquête s'oriente vers les écoles de pilotage.

            13h20. En Afghanistan les Taliban demandent aux Etats Unis de ne pas s'attaquer à leur pays.

            15h40. Le procureur général déclare que les terroristes ont utilisé des couteaux et des cutters. Certains suspects ont suivi une formation au pilotage sur le territoire américain.

            16h. A Bruxelles, fin d'une réunion de l'OTAN qui annonce que l'article 5 du traité s'appliquera (vous pouvez consulter le traité de l'Atlantique Nord dans la rubrique 28 (1949).

            New York. 202 pompiers et 59 policiers sont officiellement portés disparus.

            USA. Colin Powell. « Nous devons réagir comme s'il s'agissait d'une guerre. Nous devons réagir en ayant à l'esprit que cela ne sera pas réglé au moyen d'une seule contre attaque dirigée contre un seul individu. Ce sera un conflit de  longue haleine. »

             Annulation de la plupart des évènements sportifs.

            Allemagne. Au Bundestag, interruption du débat sur le budget. A Berlin, report de l'ouverture du musée juif.   

            Chine. Le ministre des Affaires étrangères tang Jiaxuan déclare « Dans la lutte contre la violence terroriste, le peuple chinois se tient aux côtés du peuple américain »

            Corée du Nord. Condamnation de cet acte terroriste.

            Cuba. Condamnation de cet acte terroriste

            France. Lionel Jospin (Premier ministre). « Nous combattons le terrorisme, mais nous ne combattons pas le monde islamique » Plus de 4000 militaires, gendarmes et policiers sont déployés dans le cadre de vigipirate.  Suppression des journées du patrimoine.

            Islam. L'organisation de la Conférence islamique et l'imam d'Al Azhar, la plus haute instance de l'islam sunnite condamnent fermement cette action.

            ONU. Annulation du sommet sur les droits de l'enfant, prévu du 19 au 21 septembre.

            Palestine. Yasser Arafat président de l'autorité palestinienne donne son sang pour les victimes du WTC et reporte un voyage en Syrie.

            Soudan. Condamnation de cet acte terroriste.

            UE. Déclaration commune : « L'Union européenne s'efforcera de contribuer à identifier, traduire en justice et punir les coupables.

            UEFA. Report des compétitions européennes de football.

 

13 septembre 2001.  USABilan provisoire : New York : 94 morts (corps retrouvés), 4763 disparus, 3800 blessés.  Washington : 70 morts, 190 disparus

            Dégâts matériels à Manhattan. 

                        Détruits :

            WTC tour nord ; WTC tour sud ;  WTC Building 4 ; WTC Building 5 ;            WTC Building 6 ; WTC Building 7 ; Marriott Hotel ; North Bridge

                        Très endommagés :

            Liberty Plaza ; East River Saving Bank ; NJ kalilow and Co Building ;  Federal Building (ce qui entraîna la destruction de preuves dans certaines affaires criminelles ; New Yorl telephone Building ; Two World Financial center ; South Bridge ; One World Financial Center ; St Nicholas greek Orthodox Church ; 90 West Street  ;  bankers Trust

             Colin Powell désigne pour la première fois comme principal suspect Oussama Ben Laden. Le FBI offre 5 millions de dollars pour sa capture. Il a engagé 7000 hommes sur l'enquête pour remonter la piste des terroristes. Une cinquantaine de personnes seraient impliquées.

            G Bush décrète la journée du vendredi 14 septembre « journée nationale de prières et du souvenir » et déclare « maintenant  que la guerre nous a été déclarée, nous conduirons le monde à la victoire. »

            Allemagne. La police interpelle un homme à Hambourg et perquisitionne plusieurs appartements.

            OTAN/Russie. Dans une déclaration commune, l'OTAN et la Russie se déclarent « unies dans leur résolution à ne pas laisser impunis les responsables d'actes aussi inhumains. »

            Pakistan. Le président Pervez Musharraf promet l'entière collaboration de son pays « le Pakistan condamne avec fermeté les récents attentats et assure les USA de sa coopération totale pour lutter contre le terrorisme. »  Le Pakistan dépêche deux missions à Kaboul et Kandahar dans le but de convaincre les Taliban de livrer Ben Laden. 

            Royaume Uni. La police américaine s'intéresse à un franco-algérien résident en Angleterre : Zacarias Moussaoui.

 

14 septembre 2001. USA. G  Bush déclare « une situation d'urgence nationale en raison des attaques terroristes ainsi que des menaces immédiates d'attaques supplémentaires contre les USA »

            Colin Powell lance un avertissement aux Taliban. « Vous ne pouvez séparer vos actions de celles des terroristes qui ont trouvé refuge en Afghanistan ».

            Le Sénat, à l'unanimité, autorise le président à utiliser la force « user de toute la force nécessaire et appropriée contre les nations, organisations ou personnes qui selon lui ont planifié, autorisé, commis ou aidé « les attentats » » Il approuve une aide d'urgence de 40 milliards de dollars destinée à parer aux urgences et à la lutte anti terroriste.

            G Bush rappelle 50.000 réservistes de toutes les armes.

            La reprise du trafic aérien se poursuit lentement.

            Chine. La Chine souhaite que toute action soit d'abord menée dans le cadre de l'ONU.

            Europe. De l'Espagne à la Russie, pour la première fois dans l'histoire, observation de 3 minutes de silence à midi.   

            France. Lionel Jospin. « Nous ne sommes pas en guerre contre l'Islam ou le monde arabo musulman. Notre solidarité humaine, politique, fonctionnelle, ne nous prive pas de notre libre appréciation et de notre souveraineté ; »

            Russie. Le ministre des Affaires étrangères Serguei Ivanov exclut que l'alliance atlantique puisse agir depuis les ex républiques d'Asie centrale.

 

15 septembre 2001. USABilan provisoire. 180 morts identifiés, 5097 disparus.

            Le président Bush prononce un grand discours radiodiffusé « quiconque déclare la guerre aux Etats Unis choisit son propre anéantissement. »

            Colin Powell précise que les forces engagées dans la bataille ne seront pas seulement militaires mais aussi diplomatiques, économiques, financières, judiciaires et du renseignement.

            Pakistan. Le gouvernement et le Conseil national pakistanais annoncent une « politique de soutien total à la lutte contre le terrorisme international. » Mais à Islamabad, des centaines de fondamentalistes manifestent en faveur de Ben Laden.    

 

16 septembre 2001. USA. Le PDG de Continental Airlines annonce 12.000 licenciements sur 56.000 salariés à cause des attentats.

            Au Timor oriental, 3.000 Marines procèdent à des exercices de débarquement.

            Afghanistan. Le chef suprême des Taliban, mollah Mohammed Omar annonce qu'il n'a aucune intention d'expulser Ben Laden. Pour la première fois, ce dernier dément toute implication dans les attentats. « Les Etats Unis me montrent du doigt, mais j'annonce catégoriquement que je ne l'ai pas fait. Ceux qui l'ont fait, l'ont fait dans leur intérêt personnel. »

 

17 septembre 2001. USA. Bilan provisoire : 201 morts, 5422 disparus.

            Les dirigeants  américains déclarent prendre très au sérieux la menace d'attaques biologiques « une attaque de terroristes peut arriver à tout moment. Ils peuvent nous menacer de guerre chimique, biologique. »

            Le FBI annonce que 49 personnes sont en détention pour des faits en rapport avec les attentats.  

            Réouverture de la bourse de Wall Street  qui perd 7,13% pour le Dow Jones et 6,85% pour le Nasdaq. Des enquêtes sont ouvertes aux USA, Japon et Europe sur la chute des valeurs de certaines compagnies d'assurances et une flambée de spéculation à la baisse du dollar avant les attentats.  US Airways annonce 11.000 suppressions d'emplois.

            FMI. Les assemblées du FMI et de la banque mondiale qui devaient se tenir à Washington les 29 et 30 septembre sont reportées sine die.

            France. L'ancien ministre de la justice, Robert Badinter estime « évident que les attentats contre les Etats Unis constituent un crime contre l'humanité, tel qu'il est défini par la Cour Pénale Internationale. »  

            Pakistan. Une délégation pakistanaise se rend à Kandahar avant d'aller à Kaboul. Redoutant des représailles des milliers d'Afghans fuient vers la frontière du Pakistan.

 

18 septembre 2001. USA. Bilan provisoire : A Washington 189 morts et disparus.

            Des dizaines d'actes de violence, dont 3 meurtres ont eu lieu contre des Arabes depuis le 11 septembre.

            Afghanistan. Mollah Omar pose plusieurs conditions à la reddition de Ben Laden.

                        Levée des sanctions adoptées en 1999 et juillet 2001 par l'ONU contre Kaboul.

                        Tenue du procès de Ben Laden dans un pays neutre et devant un tribunal islamique.

                        Fin de tout soutien à l'Alliance du Nord opposée aux taliban.

                        Reprise de l'aide économique internationale à l'Afghanistan.

            Le ministre de l'intérieur fait appel à des volontaires pour « mener la guerre contre les infidèles » de déploie des troupes le long de la frontière avec le Pakistan.

            Arabie Saoudite. Elle rejoint la coalition aux côtés des USA.

            France. Jacques Chirac est reçu par George Bush. Il est le premier chef d'Etat étranger à venir aux USA après les attentats.  

            Iran. Le gouvernement est favorable à une coalition contre le terrorisme, mais sous l'égide de l'ONU.

            ONU. La session de l'Assemblée générale du 24 septembre est reportée sine die.

            Pakistan. L'armée est placée en état d'alerte.

            Palestine. Arafat se dit prêt à rejoindre la coalition internationale.

 

19 septembre 2001. USA. G Bush annonce le début de l'opération Justice sans limite.

            Le porte avions T Roosevelt part pour l'océan Indien. Une centaine de chasseurs sont déployés au Proche Orient.

            Le FBI affirme avoir établi des charges criminelles après l'arrestation de 3 hommes.

            American Airlines annonce la suppression de 20.000 emplois et Boeing jusqu'à 30.000.

            Coalition : Participation confirmée de : France, Allemagne, Japon, Kirghizstan, Jordanie (après définition de la politique américaine).

            Pakistan. Premier discours officiel du président Musharraf à son peuple pour justifier son engagement aux côtés des USA. La coopération consistera en partage d'informations, utilisation de couloirs aériens pakistanais et un support logistique.  15.000 Afghans sont réfugiés au Pakistan.

            U.E. la Commission européenne propose de supprimer la procédure d'extradition et de la remplacer par un « transfèrement » quasi automatique des personnes recherchées ou condamnées. Elle souhaite aussi harmoniser la définition du crime de terrorisme ainsi que les peines minimales encourues.

 

20 septembre 2001. USA. G Bush dénonce à nouveau comme responsable des attentats, « Ben  Laden lié à beaucoup d'autres organisations comme le Jihad Islamique égyptien et le mouvement islamiste d'Ouzbékistan ». Il exigé des taliban, la livraison des responsables des attentats et la fermeture de leurs camps d'entraînement.  Ce discours est extrêmement bien perçu par les médias et l'opinion publique américaine (91% approuvent sa façon d'agir)

            Afghanistan. Le Grand Conseil des Oulèmas (religieux) recommande aux Taliban « d'inviter Ben Laden  à quitter le pays » mais pas de l'expulser.

            U.E. La réunion des ministres de l'intérieur et de la justice multiplie les réserves juridiques sur les propositions de la commission européenne de la veille.

            Yémen. Des dizaines de yéménites soupçonnés d'être liés à Ben Laden sont arrêtés dans plusieurs villes du pays.

 

21 septembre 2001. USA. Bilan provisoire. New York : 509 morts identifiés, 6333 disparus dont 250 Anglais, 200 Indiens, 200 Allemands, 10 Français

            Pour le stratège Michael O Hanlon, la meilleure option serait une longue campagne reposant sur des actions commandos, l'aide à la résistance afghane, un meilleur contrôle des frontières et l'étouffement financier des terroristes.

            Afghanistan. Nouveau refus des taliban de livrer Ben Laden sans preuves de sa culpabilité. L'Alliance du Nord lance une offensive contre les taliban et affirme avoir repris plusieurs dizaines de village dans le Nord.

            Chine. Le gouvernement refusera tout transit de Ben Laden par son pays.

            U.E. Le conseil européen des chefs d'Etat et de gouvernement juge « une riposte américaine légitime » et s'engage à y participer « chacun selon ses moyens » à condition que les actions décidées en « consultations étroites » avec les USA soient « ciblées ». Il admet aussi qu'une intervention militaire pourra « être dirigée » contre « les Etats qui aideraient, soutiendraient ou hébergeraient des terroristes ». Les 15 s'engagent à achever rapidement un espace judiciaire commun afin de rendre la tâche plus difficile  aux terroristes (coopération policière et judiciaire, lutte contre le financement du terrorisme, amélioration de la sécurité aérienne, liste commune des organisations terroristes).

 

22 septembre 2001. USA. G Bush reconnaît que l'économie américaine a subi un choc, mais il estime qu'elle est « fondamentalement forte ». Depuis les attentats, il y a eu 110.000 suppressions d'emplois principalement dans le transport aérien.

            L'armée reconnaît la perte d'un drone au dessus de l'Afghanistan.

            Le président Bush lève les sanctions imposées au Pakistan et à l'Inde après leurs essais nucléaires de 1998.

            Emirats Arabes Unis. Rupture des relations diplomatiques avec l'Afghanistan. 

 

23 septembre 2001. USA. A  New York, une cérémonie au Yankee stadium marque la fin du deuil officiel.

            Colin Powell  promet de produire dans « un proche avenir » les preuves impliquant Ben Laden dans les attentats. 

            Afghanistan. Le porte parole des Taliban déclare que Ben Laden est introuvable. Dans un entretien à un journal italien, l'ex roi Mohammed Zaher Shah déclare « Je suis prêt à rentrer dans mon pays si cela peut aider mon peuple. Mais je souhaite que la punition des actes terroristes commis par des étrangers présents dans mon pays ne frappe pas tout le peuple afghan.

            Indonésie. Des groupes de musulmans envahissent 5 grands hôtels de la ville de Solo à la recherche de ressortissants américains.

            Israël. Les services secrets israéliens estiment que l'Irak n'est pas impliqué dans les attentats du 11 septembre.

 

24 septembre 2001.USA : Bilan provisoire. New York : 6453 morts et disparus ; Washington : 509 morts et disparus.

            G Bush annonce qu'il décide de geler tous les actifs des 27 groupes qu'il juge liés au terrorisme international. Les financiers qui les soutiendraient seraient poursuivis.

            Le FBI annonce que les avions pouvant épandre des engrais et pesticides et pouvant être utilisés à des fins terroristes avaient interdiction de décoller pour la journée.

            Afghanistan. Violents combats entre l'Alliance du Nord et les Taliban dans le nord du pays. Les Taliban annoncent la mobilisation de 300.000 hommes.

            Kazakhstan. Le gouvernement se déclare prêt à laisser les USA utiliser son espace aérien.

            Ouzbékistan. Le gouvernement déclare qu'il collaborera avec les USA à condition que sa sécurité ne soit pas en danger.

            Pakistan. Retrait du personnel diplomatique pakistanais de kaboul.

            Russie. Le gouvernement annonce l'ouverture de son espace aérien pour des opérations humanitaires et sa participation à des « opérations de sauvetage et de recherches internationales »

            Turkménistan. Le gouvernement accepte de fournir des couloirs aériens et terrestres à une aide humanitaire.

            U.E. Une troïka européenne entame une tournée de 5 jours au Moyen Orient avec des arrêts prévus en Iran et en Syrie afin d'associer le monde musulman à la « coalition internationale » contre le terrorisme. La délégation comprend Javier Solana (monsieur PESC), Louis Michel, ministre belge des Affaires étrangères, Chris Patten commissaire européen aux relations extérieures et Joseph Pique chef de la diplomatie espagnole. 

 

25 septembre 2001. USA. Un sondage du New York Times et de CBS montre que 92% des Américains soutiennent une action militaire même si elle devait faire des milliers de morts américains et durer plusieurs années.  Ce sondage en rupture avec ceux de la guerre du Vietnam et de la guerre du Golfe confirme que les Américains se sont sentis attaqués et défiés sur leur propre territoire.

            L'opération Justice sans limite et rebaptisée « opération « liberté immuable ». 

            Afghanistan. L'Alliance du Nord poursuit son offensive et ouvre plusieurs fronts.

            Arabie Saoudite. Rupture des relations diplomatiques avec l'Afghanistan.

 

26 septembre 2001. USA. La compagnie Delta Airlines annonce 13.000 suppressions d'emplois

            Afghanistan. Des milliers de manifestants saccagent et brûlent les locaux de l'ambassade américaine à Kaboul inoccupés depuis 1989.

            Iran. L'Ayatollah Khamenei exclu d'apporter une aide aux USA en cas d'attaque contre l'Afghanistan. Pour la première fois des slogans anti-américains sont entendus.

            ONU. Les agences de l'ONU spécialisées dans l'aide humanitaire évoquent dès maintenant la possibilité d'une crise « aux proportions effrayantes » en Afghanistan. »  

 

27 septembre 2001. USA. G Bush répète la détermination des USA prêts « à poursuivre seuls leur combat si les autres pays mobilisés se décourageaient. « Les Américains continuent d'écarter une action spectaculaire et privilégient le renseignement. Le Pakistan aurait fourni « un ensemble d'informations sur Ben Laden et ses réseaux, y compris au Pakistan.

            Le patron du FBI affirme pour la première fois « qu'un des pirates de l'air et peut être d'autres aussi, avait eu des contacts avec Al Qaïda. »

            Italie. A Naples manifestation de 20.000 pacifistes pour dire « non à la guerre et au terrorisme ».

            ONU. L'ONU lance un appel de fonds de 584 millions de dollars pour venir  en aide aux populations de l'Afghanistan.

            Pakistan. Le gouvernement organise une journée de soutien à sa politique de coopération avec washington. « La majorité silencieuse des Pakistanais approuve le choix proaméricain du gouvernement même si c'est plus la raison que le c�ur qui parle. Mais cela pourrait changer en cas de frappes américaines sur l'Afghanistan » (éditorialiste Imtiaz Alam).

            Syrie. Le gouvernement annonce son soutien aux Américains en précisant que le combat devrait se dérouler dans le cadre des Nations Unies.

 

28 septembre 2001. USA. Le président Bush signe un accord de libre échange avec la Jordanie. Il accepte aussi  que l'ONU lève les sanctions imposées en 1996 contre le Soudan.

            Afghanistan. Le journal US Today affirme que des équipes des forces spéciales américaines sont déjà sur le terrain depuis une quinzaine de jours, à la recherche de la cache de Ben Laden. Capture par les Taliban de la journaliste anglaise Yvonne Ridley entrée illégalement dans le pays.

            Arabie Saoudite. Le gouvernement saoudien accepte que les USA installent leurs avions sur la base aérienne « Prince Sultan » dans la région de Riyad.

            Iran. Les autorités suggèrent que leur pays pourrait rejoindre la coalition anti terroriste à condition qu'elle soit placée sous l'égide de l'ONU.

            Pakistan. Une nouvelle délégation pakistanaise se rend à Kandahar pour convaincre les Taliban de livrer Ben Laden. Sans succès.

 

30 septembre 2001. USA. Bilan provisoire : New York, 5533 morts et disparus

            Afghanistan. L'ambassadeur talib au Pakistan déclare que son gouvernement tient Ben Laden dans un endroit secret pour sa sécurité. A Quetta, ville frontière avec le Pakistan, plusieurs chefs tribaux prennent leurs distances avec le régime de Kaboul.

            Arabie Saoudite. Le ministre des Affaires étrangères le prince Sultan déclare qu'il n'est pas question que son pays autorise une force étrangère à lancer des attaques contre des musulmans à partir de son territoire.

            Italie. Une délégation américaine rend visite à l'ex roi  d'Afghanistan Mohammed Zaher Shah (86 ans) qui tente de monter une coalition anti talib. 

 

1er octobre. Afghanistan. Les Taliban doivent reconnaître qu'ils partagent le pouvoir avec les chefs tribaux de 3 provinces de l'est qui menaçaient de se rallier à Zaher Shah.  Mollah Omar s'adresse pour la première fois aux Afghans dans un discours radiodiffusé.

 

2 octobre. Pakistan. Le gouvernement annonce que les relations avec les Taliban vont être réévaluées.

            OTAN. Les pays membres de l'OTAN prennent connaissance des preuves impliquant Ben Laden dans les attentats du 11 septembre. « les faits sont clairs et irréfutables. L'information présentée conclut à un rôle d'Al Qaïda » (G Robertson). L'article 5 de la Charte va s'appliquer.

 

3 octobre 2001. France. Le gouvernement annonce l'ouverture de son espace aérien aux avions militaires américains et un soutien logistique de la part de la marine nationale (1 pétrolier ravitailleur et 1 frégate furtive)

 

 

4 octobre 2001. USA. G Bush annonce un programme d'aide de 3 milliards de dollars pour les salariés affectés par les attentats du 11 septembre. Il annonce aussi un plan d'aide humanitaire de 320 millions de dollars pour l'Afghanistan.

            Afghanistan. Des taliban et leurs familles commencent à se mettre à l'abri au Pakistan.

 

5 octobre 2001. USA. Le coût des attentats du 11 septembre est estimé entre 90 et 105 milliards de dollars sur les deux prochaines années (déblaiement, emplois perdus, manque à gagner).

            Depuis le 11 septembre, plus de 600 agressions contre des personnes de type arabe ont été recensées.

 

6 octobre 2001. USA. G Bush lance un dernier ultimatum aux Taliban pour qu'ils livrent Ben Laden.

            Arabie Saoudite. Attentat kamikaze anti américain à Khobar : 2 morts (dont 1 Américain) et 4 blessés (dont 1 Américain)

            Pakistan. Le président Musharaf ordonne la mise en résidence surveillée de Fazlur Rahman chef du parti Jamiat Ulema e islam, principal appui des Taliban au Pakistan.

 

7 octobre 2001. Afghanistan. Les Américains lancent leur offensive sur l'Afghanistan. c'est le début de l'opération "Liberté Immuable".

 

 

 

 



16/11/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 332 autres membres