S3. Etude de cas. La pêche à la crevette à Madagascar.

S3. ETUDE DE CAS : LA PECHE DE LA CREVETTE A MADAGASCAR

 

 

A Madagascar, un des pays les plus pauvres au monde, la pêche à la crevette représente une ressource économique essentielle. Est-il possible de gérer durablement les stocks de crevettes dans l'océan Indien dans un contexte de concurrence entre pécheurs ?

 

 

Q1. Comment la pêche à la crevette a-t-elle évolué à Madagascar ? On remarque deux périodes dans l'évolution de la pêche à la crevette.

  • Dans un premier temps et jusqu'au début des années 1990, même s'il existe des périodes de baisse ou de stagnation, la tendance générale est à la hausse.

  • Par contre depuis 1990 on remarque une certaine stagnation avec une évolution très irrégulière. On peut donc en déduire que la pêche à la crevette a atteint son maximum par rapport aux capacités de reproduction de l'animal.

 

 

Q2. Désormais quelle menace pèse sur cette ressource ? Cette ressource étant exploitée au maximum de sa capacité, il y a un réel risque pour le renouvellement du stock de crevettes. Si les prises ne sont pas limitées, cette espèce de crevette pourrait disparaître ou simplement devenir trop peu importante pour le développement économique de l'île.

 

 

Madagascar. Péche crevette. Graphique.jpg

 

 

 

Q3. Où se trouvent les zones de pêche ? Sont-elles facilement accessibles ? Les zones de pêche sont situées autour de l'île, plutôt sur la côte ouest, à quelques dizaines de kilomètres des côtes. Elles sont donc facilement accessibles. Il n'est pas nécessaire d'avoir de gros navires.

 

 

Madagascar. Zones de pêche.jpg

 

Q4. Décrivez l'équipement de ces pêcheurs. Que font-ils de leur pêche ? Quel problème cela pose t-il ?

  • Ces pêcheurs sont équipés de petites barques ou de pirogues. Ils utilisent des filets forcément de taille modérée.

  • Ces pêcheurs revendent leur pêche à des grossistes qui servent d'intermédiaire avec les grandes sociétés industrielles.

  • Ces grossistes achètent la pêche à de faibles prix, ce qui contribue à laisser ces pêcheurs dans la pauvreté car ils ont des frais, en particulier d'entretien des filets. On peut penser que ce sont les grossistes qui s'enrichissent le plus.

 

Doc. Des pêcheurs à la pirogue sur le littoral malgache.

Les pêcheurs traditionnels malgaches sont responsables de 24% des prises de crevettes. Ils vendent celles-ci à des collecteurs qui travaillent pour les grandes sociétés industrielles de pêche et qui leur imposent des prix peu élevés. Les revenus tirés de la pêche sont utilisés pour la survie de leurs familles et l'entretien des filets et des pirogues.

Madagascar. Pêche pirogue.jpg

 

 

 

Q5. Pourquoi ce chalutier est-il une menace pour l'activité des pêcheurs traditionnels ? Ce chalutier est une menace pour l'activité traditionnelle des pêcheurs pour plusieurs raisons :

  • Il peut aller plus au large, les crevettes deviennent ainsi vulnérables partout.

  • Ses filets sont beaucoup plus importants. Il pêche donc à chaque fois des quantités plus importantes de crevettes. C'est donc des prises en moins pour les petits pêcheurs.

  • Il peut rester plusieurs jours en mer, alors que les pêcheurs doivent rentrer tous les soirs au port.

     

Doc. Un chalutier industriel.

Les navires industriels assurent 72% des prises (les 4% restants relèvent de la pêche artisanale). Les revenus de la pêche industrielle permettent d'investir dans des bateaux très performants qui comportent des moyens de réfrigération et de transformation des crevettes à bord. Ces crevettes sont destinées à l'exportation.

Madagascar. Bâteau pêche crevette.jpg

 

 

Q6. Que deviennent les crevettes issues de la pêche industrielle ? Ces crevettes sont destinées à l'exportation à destination des pays développés comme la France par exemple.

 

 

Synthèse de l'étude de cas. Rédigez quelques lignes pour expliquer la concurrence entre les pêcheurs de crevettes et les conséquences de cette pêche à Madagascar.

 

La pêche à la crevette, qui se pratique, au bord des côtes, est une ressource économique très importante pour Madagascar. Mais il existe une très forte concurrence entre les pêcheurs traditionnels qui disposent d'un matériel peu performant (pirogues et petits filets) et une pêche industrielle qui dispose de moyens puissants (gros chalutiers). Il en résulte une forte surexploitation de la ressource qui, à terme, peu handicaper son renouvellement et donc provoquer son déclin. 

 



03/01/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 329 autres membres