Thème 5 leçon 2. Une guerre d'anéntissement

L2. UNE GUERRE D’ANEANTISSEMENT.

 

 

Pourquoi la Seconde guerre mondiale peut-elle être qualifiée de guerre d’anéantissement.

 

 

I/ LA VIOLENCE DES COMBATS : L’EXEMPLE DE LA BATAILLE DE STALINGRAD.

 

 

Q1. Situez Stalingrad. Comment sont soutenus les combattants russes de la ville ? Stalingrad est située sur le fleuve Volga. Elle est sur le flanc de la route du Caucase qui donne accès au pétrole et protège Moscou sur sa gauche. D’autre part, portant son nom, Staline en fait un symbole fort.

Les combattants russes sont soutenus par l’artillerie et l’aviation qui sont massés sur la rive orientale du fleuve. Des bateaux traversant le fleuve la nuit ravitaillent les troupes qui combattent sur la rive occidentale.

 

 

https://static.blog4ever.com/2008/09/243973/artfichier_243973_6767425_201701065909753.jpg

 

 

https://static.blog4ever.com/2008/09/243973/artfichier_243973_6767426_201701060022635.jpg

Les combattants russes sont soutenus par l'artillerie installée à l'est de la Volga.

Des bateaux constamment bombardés par l'aviation allemande,

traversent la Volga pour apporter le ravitaillement

 

 

Q2. Comment sont appelés ceux qui reculent devant l’ennemi ? Que risquent-ils ? Ceux qui reculent devant l'ennemi sont appelés des « paniqués », des « lâches » des « traîtres » et doivent être fusillés. Aucune faiblesse n’est tolérée.

 

 

Doc. Pas un pas en arrière.

« Il est temps d’en finir avec la retraite. Personne ne recule (…). Il est nécessaire de défendre chaque position, chaque mètre de notre territoire, jusqu’à la dernière goutte de sang, de se cramponner à chaque parcelle de la terre soviétique et de la défendre aussi longtemps que possible. Notre patrie connaît de durs moments. Nous devons stopper, puis rejeter et chasser l’ennemi sans compter les pertes. Tenir maintenant permet de préparer la victoire dans les prochains mois (…) Les paniqués et les lâches doivent être exterminés sur place. Dorénavant pas un pas en arrière sans un ordre du haut commandement. Tous les commandants qui opèrent une retraite sans ordre du haut commandement sont des traites à la patrie. Exécuter cet ordre signifie défendre nos terres, sauver la patrie, exterminer l’ennemi. »

(Joseph Staline, décret n°227 du 28 juillet 1942).

 

 

Q3. Comment se battent les Russes ? Qu'est-ce qui peut expliquer cette résistance acharnée ? De quoi souffrent les soldats allemands durant l'hiver 19142 ? Pourquoi ?

  • Les Russes se battent avec une grande détermination, dans chaque bâtiment, chaque pièce, chaque ruine. Les combats ont lieu à la grenade, au corps à corps.

  • Cette résistance peut s’expliquer à la fois par le patriotisme des russes qui défendent leur patrie, mais aussi par les ordres de Staline appliqués sans faiblesse par les commissaires politiques (tous les « faibles » doivent être exécutés). On peut espérer survivre en combattant, alors que la moindre faiblesse conduit irrémédiablement à la mort.

  • Durant l’hiver 1942, les soldats souffrent à la fois du froid mais aussi de la faim car à partir de novembre ils sont encerclés par l’armée soviétique.

     

Doc. Témoignage d’un soldat allemand.

« 13 septembre. Les Russes se battent avec un désespoir de bêtes féroces et ne se rendent pas : ils nous laissent approcher et nous arrosent de grenades.

18 septembre. Le combat se poursuit depuis trois jours à l’intérieur d’un silo à blé. Le chef de Bataillon nous a dit « Les commissaires politiques russes ont donné l’ordre aux défenseurs de l’édifice de résister jusqu’à la mort. » Si toutes les maisons de Stalingrad sont défendues de cette façon, aucun de nos soldats ne rentrera (…)

22 octobre. Notre régiment n’a pas réussi à pénétrer dans l’usine que nous attaquons depuis trois semaines. Nous avons perdu beaucoup d’hommes. On se heurte à chaque pas à des cadavres (…)

27 octobre. Nos troupes se sont enfin emparées de toute l’usine « barricade », mais nous ne parvenons pas à atteindre la Volga (…).

10 novembre. En Allemagne on est convaincu que la ville de Stalingrad est entièrement entre nos mains. Quelle terrible erreur !

29 novembre. Nous sommes encerclés (…)

14 décembre. Nous sommes tous torturés par la faim.

28 décembre. On a mangé tous les chevaux. Je suis prêt à manger de la viande de chat (…) Les soldats sont devenus semblables à des cadavres ou a des fous, ils ne cherchent qu’un aliment quelconque à se mettre sous la dent. Ils ne se terrent plus devant les obus russes. On n’a plus la force de marcher, de se coucher. Qu’elle soit maudite cette guerre. »

(Journal d’un soldat allemand, 1942. Publié dans Paris-Match, 23 janvier 1965)

 

 

Q4. Décrivez la scène de combat. Ce cliché a été pris par un reporter de guerre soviétique. Le cadrage large est placé au niveau du sol. A gauche, se trouve un tireur allongé servant un fusil mitrailleur. Devant lui se trouve un soldat soviétique mort. De la gauche vers la droite, on distingue des soldats courant baissés certainement pour éviter des tirs allemands. La scène se passe dans un champ de ruines. Nous assistons à un assaut soutenu par une base feu.

 

 

 

https://static.blog4ever.com/2008/09/243973/artfichier_243973_6767427_2017010604011.jpg

 

 

Q5. Faites le bilan de la bataille pour l’URSS puis pour l’Allemagne et ses alliés.

Pour l’URSS le bilan de la bataille est terrible. Elle a perdu 1,13 million d’homme dont un certain nombre de prisonniers décédés de mauvais traitements. Elle a perdu aussi un matériel très important.

Pour l’Allemagne les pertes sont aussi terribles mais moins importantes. Les Allemands laissent 100.000 prisonniers qui mourront pour la plupart (5000 survivants).

Pour les Russes c’est une très grande victoire morale qui marque le début de la reconquête.

 

 

https://static.blog4ever.com/2008/09/243973/artfichier_243973_6767430_20170106045950.jpg

 

 

https://static.blog4ever.com/2008/09/243973/artfichier_243973_6767431_201701060531933.jpg

 

 

 

 

Paragraphe. Stalingrad est une ville située sur la Volga qui protège à la fois Moscou et le pétrole du Caucase. En août 1942, Hitler en fait un objectif prioritaire et du fait de son nom, la ville devient un symbole particulièrement important. Les combats sont particulièrement durs les soviétiques se battant pied à pied et jusqu’à la mort. Ils craignent en cas de capture d’être massacrés par les Allemands, en cas de faiblesse d’être fusillés par les commissaires politiques. Les combats se déroulant dans la partie occidentale de la ville, les Russes sont ravitaillés à partir de la rive orientale.

A partir de novembre 1942, une contre offensive soviétique permet d’encercler l’armée allemande qui se trouve à son tour dans une situation particulièrement difficile. Les soldats souffrent du froid et de la faim. Finalement l’armée allemande doit se résoudre à capituler au début du mois de février 1943. Pour les soviétiques c’est une grande victoire mais payée très chèrement (plus d’un million de morts).

 

 

II/ UNE GUERRE D’ANEANTISSEMENT.

 

 

Q6.  Comment les civils sont-ils victimes de la guerre ? Les civils sont victimes de la guerre à la fois par les bombardements (Guernica a fait école et s’est généralisé) et par des massacres.

 

 

 

Massacre de la population civile de Nankin par l'armée japonaise en décembre 1937

https://static.blog4ever.com/2008/09/243973/artfichier_243973_6767439_201701060900681.jpg

 

 

Bombardement de Dresde par l'aviation anglo-américaine 13-15 février 1945 

https://static.blog4ever.com/2008/09/243973/artfichier_243973_6767437_201701060728626.jpg

 

 

Q7. Qui sont les auteurs et à qui s’adressent-ils ? Les auteurs dont deux généraux importants de l’armée allemande.

 

 

Q8. Qui sont les « ennemis » désignés par les chefs militaires ? Les ennemis désignés sont les Juifs, les communistes et les Slaves.

 

 

Q9. Comment doit se comporter l’armée allemande dans la guerre à l’Est ? L’armée doit être « impitoyable ». Elle doit donner un sévère châtiment à la « juiverie », affamer les populations, et mener une guerre « d’anéantissement total et sans pitié de l’ennemi. »

 

 

Q10. Pourquoi l’armée allemande doit elle se comporter ainsi ? Elle doit se comporter ainsi pour mettre en œuvre le programme nazi d’extermination des races jugées inférieures.

 

 

Doc. Faire la guerre à l’URSS.

Instruction du feld-maréchal von Manstein, juin 1941.

« Le système judéo-bolchevique doit être exterminé. Le soldat allemand qui entre en Russie doit connaître la nécessité et la valeur du sévère châtiment qui sera infligé à la juiverie (…) La situation alimentaire de l’Allemagne exige que les troupes soient ravitaillées sur le territoire ennemi et qu’elles mettent à la disposition de la patrie les plus vastes stocks de ravitaillement qu’il se pourra. Dans les villes ennemies, une grande partie de la population devra avoir faim. Aucun témoignage déplacé d’humanité ne devra être donné aux prisonniers de guerre, ni à la population civile à moins qu’ils ne soient au service de l’armée allemande. »

Instruction du général Hoepner, juillet 1941.

« La guerre contre la Russie est une partie essentielle du combat pour l’existence du peuple allemand. C’est le vieux combat des Germains contre les Slaves, la défense de la culture européenne contre l’invasion moscovito-asiatique, la défense contre le bolchevisme judaïque. Chaque situation de combat doit être menée avec une volonté de fer jusqu’à l’anéantissement total et sans pitié de l’ennemi. »

 

 

 

Q11. Les recommandations du doc 1 ont-elles été suivies ? Justifie ta réponse. Oui ces recommandations ont été suivies et les prisonniers russes ont été particulièrement maltraités.

 

 

Doc. Les prisonniers de guerre soviétique.

 

« Un matin, je fus réveillé par de lointains aboiements. J’appelai mon ordonnance : « Pandore, qu’est ce qui gémit et glapit comme ça ? Pas loin d’ici, dit il, il y a un camp de prisonniers russes massés en plein air. Il doit y en avoir 80.000 environ. Ils gémissent parce qu’ils ont faim. » J’allais voir. Derrière un réseau de barbelés, une foule de prisonniers s’étendait à l’infini. Il faisait moins 20° C et tous étaient parqués en plein air. Quelques uns seulement pouvaient se tenir debout. Leur face était desséchée, leurs yeux profondément enfoncés dans les orbites. Il en mourait des centaines, peut être des milliers par jour, et ceux qui avaient encore quelques forces les jetaient dans une grande fosse. »

(Témoignage du docteur Sulyok, officier hongrois, Deux nuits sans jour, 1948)

 

 

Q12.  Quel est le bilan militaire, civil, total ? Que remarque t-on ?

  • Bilan militaire : 27,99 millions de morts.

  • Bilan civil : 35,66 millions de morts (y compris les victimes juives)

  • Bilan total : 63,65 millions de morts.

     

On remarque que les victimes civiles sont plus nombreuses que les victimes militaires.

 

 

https://static.blog4ever.com/2008/09/243973/artfichier_243973_6767440_201701061219759.jpg

 

 

 

Paragraphe. La 2e Guerre mondiale est une guerre d’anéantissement qui oppose des puissances développant des idéologies opposées. Il ne s’agit plus de vaincre un adversaire mais de détruire totalement un ennemi sans aucune pitié. Pour les Allemands il s’agit de détruire toutes les races jugées inférieures et de conquérir l’espace vital dont elle a besoin, pour les soviétiques il s’agit de sauver le communisme de la destruction. De même les Japonais entendent imposer leur civilisation aux peuples asiatiques considérés comme inférieurs. Dans cette guerre particulièrement meurtrière, les civils sont les premières victimes.

 

 

Conclusion. Commencée le 1er septembre 1939 par l’agression de la Pologne par l’Allemagne, la 2e Guerre mondiale se transforme rapidement en guerre d’anéantissement ou les adversaires tentent par tous les moyens de détruire totalement l’ennemi. Dans ce type de conflit, les civils sont les principales victimes.



09/01/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 329 autres membres