Thème 5 leçon 3. Le Régime de Vichy.

L3. LE REGIME DE VICHY. 

 

 

Dans quelles circonstances la IIIe République disparaît-elle ? Par quoi est-elle remplacée ?

 

 

I/ LA FIN DE LA IIIe REPUBLIQUE.

 

 

Q1. Quelle est la fonction de Pétain au moment de son discours ? Quel est le « malheur » dont parle Pétain ? Qu'annonce t-il aux Français ?

  • Au moment de ce discours, Pétain est le Président du Conseil depuis le 16 juin, c'est-à-dire l’équivalent du Premier ministre actuel.

  • Le « malheur » dont Pétain parle est la défaite militaire et ses conséquences indirectes comme l’exode de milliers de Français qui fuient devant l’avance allemande.

  • Il demande aux soldats de cesser le combat et annonce des négociations avec les Allemands pour signer un armistice.

 

Doc. Discours du 17 juin 1940.

« Français ! A l'appel de Monsieur le Président de la République, j'assume à partir d’aujourd’hui la direction du gouvernement de la France. Sûr de l'affection de notre admirable armée (…) sûr de l'appui des anciens combattants que j'ai eu la fierté de commander, sûr de la confiance du peuple tout entier, je fais à la France le don de ma personne pour atténuer son malheur.

En ces heures douloureuses, je pense aux malheureux réfugiés qui, dans le dénuement extrême, sillonnent nos routes. Je leur exprime ma compassion et ma sollicitude.

C'est le cœur serré que je vous dis aujourd'hui qu'il faut cesser le combat. Je me suis adressé cette nuit à l'adversaire pour lui demander s'il est prêt à rechercher avec nous, entre soldats, après la lutte et dans l'honneur, les moyens de mettre un terme aux hostilités. Que tous les Français se groupent autour du gouvernement que je préside pendant ces dures épreuves et fassent taire leur angoisse pour n'écouter que leur foi dans le destin de la Patrie. » (Discours radiodiffusé du maréchal Pétain du 17 juin 1940).

 

 

Q2. Comment se présente le territoire français après l’armistice ? Après l’armistice le territoire français est divisé en plusieurs parties :

  • L’Alsace Moselle revient de nouveau à l’Allemagne.

  • Le département du Nord Pas de Calais est administré par le gouvernement allemand de Bruxelles.

  • Le Nord, le Centre et la côte atlantique sont occupés par l’Allemagne.

  • Le Sud-est est occupé par l’Italie.

  • Le reste est libre et dépend du gouvernement français installé à Vichy.

 

 

 

https://static.blog4ever.com/2008/09/243973/artfichier_243973_6767443_201701061628900.jpg

 

 

Q3. Que prévoit l’armistice pour les Allemands qui se sont réfugiés en France avant la guerre ? Pour les soldats français faits prisonniers ? Les Allemands réfugiés en France doivent être remis aux autorités allemandes (beaucoup seront ensuite déportés), par contre les Français prisonniers ne sont pas libérés et resteront prisonniers jusqu’à la fin de la guerre (à part quelques libérations limitées).

 

 

Doc. Aspects humains de la convention d'armistice.

  • Les prisonniers de guerre français (près de 2 millions) restent en captivité.

  • La France doit livrer les ressortissants allemands présents sur le territoire français.

 

 

Q4. Qui a donné à Pétain le droit de changer la Constitution ? Les députés et les sénateurs réunis en congrès à Vichy accordent les pleins pouvoirs au maréchal Pétain pour changer la Constitution.

Sur les 846 parlementaires inscrits à la date du 10 juillet, seuls 670 prennent part au vote.

649 votes sont exprimés :

Pour : 569

Contre : 80

Abstention : 20

 

 

Doc. Chronologie.

10 mai 1940. Début de l'offensive allemande.

16 juin 1940. Le maréchal Pétain devient Président du Conseil.

22 juin 1940. Signature de l'armistice à Rethondes

10 juillet 1940. Le maréchal Pétain reçoit les pleins pouvoirs des députés et des sénateurs pour changer la constitution.

11-12 juillet 1940. Actes constitutionnels changeant la Constitution.

 

 

Q5. Montrez que les actes constitutionnels mettent fin à la République. Ces actes constitutionnels parlent non plus de République mais « d’Etat français », et son chef possède à la fois le pouvoir exécutif et législatif. Les Chambres sont ajournées. Tout ces éléments montrent que la IIIe République n’existe plus.

 

 

Doc. Actes constitutionnels du 11 juillet 1940.

Acte constitutionnel 1.

Nous, Philippe Pétain, maréchal de France (…) déclarons assumer les fonctions de chef de l'Etat français.

Acte constitutionnel 2.

Le chef de l'Etat français a la plénitude du pouvoir gouvernemental, il nomme et révoque les ministres (…) qui ne sont responsables que devant lui.

Il exerce le pouvoir législatif en conseil des ministres.

Acte constitutionnel 3.

Le Sénat et la Chambre des députés sont ajournés jusqu'à nouvel ordre.

 

 

Paragraphe. L’offensive allemande de mai 1940 se transforme rapidement en déroute pour l’armée française. Le 22 juin 1940, le nouveau président du conseil, le maréchal Pétain, est obligé de signer un armistice avec l’Allemagne. Les conditions sont particulièrement dures : division de la France entre zone occupée par l’Allemagne au Nord et sur la côte atlantique et zone libre au Sud, limitation de son armée à 100.000 hommes, versement d’une forte indemnité d’occupation. Les prisonniers français (plus d’un million) restent en captivité.

Le 10 juillet 1940, les députés et sénateurs de la République votent les pleins pouvoirs au maréchal Pétain pour lui permettre de modifier la Constitution. C’est la fin de la IIIe République.

 

 

II/ LE REGIME DE VICHY. …..

 

 

Q6. A qui Pétain s’adresse t-il et comment ? Pétain s’adresse aux Français par l’intermédiaire de la radio.

 

 

Q7. En quoi consiste la collaboration ? La collaboration consiste à aider volontairement les Allemands.

 

 

Q8. Quels avantages Pétain pense t-il trouver à la collaboration ? Pétain entre dans la collaboration car il pense en obtenir des avantages :

  • Améliorer les conditions de l’armistice qui sont très lourdes pour l’économie française.

  • Permettre le retour des prisonniers qui sont encore enfermés en Allemagne (plus d’un million).

 

Doc. Pétain entre dans la collaboration.

« C'est dans l'honneur et pour maintenir l'unité française, (..) dans le cadre d'une activité constructive du nouvel ordre européen que j'entre aujourd'hui, dans la voie de la collaboration.

Ainsi dans un avenir prochain, pourrait être allégé le poids des souffrances de notre pays, amélioré le sort de nos prisonniers, atténuée la charge des frais d'occupation ; ainsi pourrait être assouplie la ligne de démarcation et facilités l'administration et le ravitaillement du territoire.

Cette collaboration doit être sincère (…). L'armistice au demeurant n'est pas la paix. La France est tenue par des obligations nombreuses vis à vis du vainqueur. Du moins reste t-elle souveraine. Cette souveraineté lui impose de défendre son sol, d'éteindre les divergences de l'opinion (…) Cette politique est la mienne. Les ministres ne sont responsables que devant moi. C'est moi seul que l'histoire jugera. » (Message radiodiffusé du maréchal Pétain, 30 octobre 1940)

 

 

 

Q9. Quels sont les types de profession interdits aux Juifs en octobre 1940 ? Les Juifs français n’ont plus le droit de travailler dans la fonction publique et d’une manière plus générale dans toutes les professions permettant d'exercer des fonctions de commandement. Ils sont aussi interdits de média (journaux, radiodiffusion).

 

 

Q10. Dans quel pays et à quelle époque des mesures semblables ont-elles déjà été prises ? Ces mesures ressemblent aux lois de Nuremberg prises en Allemagne en 1935.

 

 

 

Doc. Le statut des Juifs (loi du 3 octobre 1940)

« Art 1. Est regardé comme Juif toute personne issue de trois grands-parents de race juive (…)

Art 2. L'accès et l'exercice des fonctions publiques et mandats énumérés ci-après sont interdits aux Juifs : Chef de l'Etat, membre du gouvernement ; fonctionnaires de tout grade attachés aux services de police ; membres des corps enseignants ; officiers et sous-officiers des armées.

Art 5. Les Juifs ne pourront exercer l'une quelconque des professions suivantes : directeurs et rédacteurs de journaux, metteur en scène, entrepreneurs de spectacles (….) ; gérants de toute entreprises se rapportant à la radiodiffusion. »

 

 

 

Q11Dans quel pays doit se rendre Alex Sikoeff et que doit-il y faire ? Alex Sikoeff doit se rendre en Allemagne pour y travailler dans le cadre du Service du Travail Obligatoire mis en place par la loi du 16 février 1942.

 

 

Doc. Une convocation pour le STO.

« Paris.

Monsieur Sikoeff Alex,

Vous êtes tenus de vous présenter au train qui quittera la gare de l'Est à destination de l'Allemagne le 18 janvier 1943 à 8h30.

Vous devrez vous munir au préalable du certificat d'embauche qui est tenu à votre disposition au Bureau d'embauche de votre employeur. Si vous ne vous présentez pas au départ du train, ou si vous abandonnez le train en cours de route, des sanctions seront prises contre vous par l'autorité militaire allemande. »

 

 

 

Paragraphe. Le nouveau régime s’installe en zone libre à Vichy. Rapidement il opte pour la voie autoritaire en suspendant les libertés et en rejetant la démocratie rendue responsable de la défaite. En octobre 1940, Pétain, à sa demande, rencontre Hitler pour définir une politique de collaboration.

Celle-ci prend rapidement des aspects antisémites par l’adoption d’un statut des Juifs (octobre 1940) comparable aux lois de Nuremberg, puis par la participation à la déportation des Juifs vers les camps d’extermination.

Dans le domaine économique, des entreprises travaillent pour l’effort de guerre allemand et à partir de 1943, le STO (Service du Travail Obligatoire) envoie les jeunes Français travailler directement en Allemagne.

 

 

III/ ….. QUI SUSCITE DES RESISTANCES.

 

 

Q12 Quel rôle de Gaulle joue-t-il pendant la guerre avant le 18 juin 194O ? Avant le 18 juin 1940, le général de Gaulle commande une division blindée et remporte un des rares succès français. Il est d’autre part un des spécialistes de cette arme.

 

 

Doc. Charles De Gaulle (1890-1970)

Charles de Gaulle, né à Lille, est le fils d'un professeur de collège religieux. Officier de carrière, il participe à la Première guerre mondiale. Il est fait prisonnier en 1916 et tente à plusieurs reprises de s'évader, mais il est à chaque fois repris. Dans les années 1930, il se montre partisan d'une stratégie offensive en cas de guerre, appuyée sur des blindées (chars), mais ses avis ne sont pas écoutés.

En 1940, le colonel de Gaulle commande une division blindée et remporte un des rares succès français. Nommé général, il participe au gouvernement de Paul Reynaud. Mais quand Pétain devient Président du Conseil et s'apprête à signer l'armistice, il gagne Londres et lance à la radio (BBC) son premier appel à la résistance, le 18 juin 1940.

 

 

Q13. D’où le général de Gaulle lance–t-il l’appel du 18 juin ? Quel est le contexte politique et militaire en France à cette date ? Quelles sont les raisons invoquées par De Gaulle pour refuser la défaite ? Quel est le but de son appel ?

  • Il lance son appel depuis Londres sur les ondes de la radio anglaise, la BBC.

  • En France, le maréchal Pétain est devenu Président du Conseil et devant la déroute des armées françaises, il décide de demander l’armistice.

  • Pour de Gaulle, la France doit continuer le combat pour au moins 3 raisons :

- Elle possède un empire colonial avec de vastes ressources.

- L’Angleterre poursuit le combat, la France n’est pas isolée.

- Les alliés (France et Angleterre) peuvent compter sur la puissance industrielle des USA.

  • De Gaulle lance cet appel pour inciter LES Français à le rejoindre ou a résister sur place.

 

Doc. L'appel du 18 juin 1940 (Extraits).

« Ce gouvernement alléguant la défaite de nos armées, s'est mis en rapport avec l'ennemi pour cesser le combat. (…)

Mais le dernier mot est-il dit ? L'espérance doit-elle disparaître ? La défaite est-elle définitive ? Non (…) Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un jour la victoire.

Car la France n'est pas seule. Elle n'est pas seule. Elle a un vaste empire derrière elle. Elle peut faire bloc avec l'Empire britannique qui tient la mer et continue la lutte. Elle peut comme l’Angleterre, utiliser sans limite l'immense industrie des Etats-Unis. Cette guerre n'est pas limitée au territoire malheureux de notre pays (…)

Moi général de Gaulle, actuellement à Londres, j'invite les officiers et les soldats français qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver avec leurs armes ou sans leur armes, j'invite les ingénieurs et les ouvriers spécialistes de l'industrie d'armement qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, à se mettre en rapport avec moi. Quoiqu'il arrive la flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas. Demain comme aujourd'hui, je parlerai à la radio de Londres. »

 

 

Q14 Qui fait partie des FFL ? Quel est leur rôle ? Les Forces Françaises Libres sont composées des Français qui ont rejoint de Gaulle en Angleterre et qui prennent les armes sous son commandement afin de combattre l’Allemagne depuis l’extérieur aux côtés des Alliés. Ce sont donc des unités militaires.

Les Résistants qui combattent en France sont pour leur part appelés les FFI (Forces Françaises de l'Intérieur)

 

 

https://static.blog4ever.com/2008/09/243973/artfichier_243973_6767449_201701062229702.jpg

Le 14 juillet 1940, le général de Gaulle passe en revue les premiers FFL qui

comptent alors 7000 hommes. Ils seront 70.000 en 1943.

 

 

 

Q15. Quelle est la mission du CNR ? La mission du Conseil National de la Résistance consiste à représenter les mouvements de Résistance et à coordonner leur action sous l’autorité du général De Gaulle. Il est présidé par Jean Moulin.

 

 

Doc. Les instruction de De Gaulle à Jean Moulin.

De Gaulle cherche à unifier la résistance intérieure sous son autorité.

« 4 Il doit être créé dans les plus courts délais possibles un Cnseil de la Résistance unique pour l'ensemble du territoire métropolitain et présidé par Rex (nom de code de Jean Moulin), représentant du général de Gaulle.

5 Ce conseil national de la Résistance (CNR) assurera la représentation des groupements de Résistance. Les huit mouvements représentés au CNR sont : Organisation civile et militaire ; Ceux de Libération ; Ceux de la Résistance ; Libération-Nord ; Front national ; Combat ; Libération-Sud ; Franc-tireur.

6 Le Conseil de la Résistance a pour tâche de fixer les directives à donner aux formations représentées en application des instructions du général de Gaulle. »

(Instructions du général de Gaulle à Jean Moulin, 21 février 1943)

 

 

Q16 Présentez le mouvement de Résistance Libération-Sud (où a-t-il été fondé ? Par qui ? Quand ?) Le mouvement de Libération-Sud a été fondé en zone libre par Emmanuel d’Astier de la Vigerie et Lucie Aubrac dès la fin de l’année 1940.

 

 

Doc. Chronologie.

Fin 1940. Fondation de Libération-Sud en zone libre par Emmanuel d'Astier de la Vigerie.

Juillet 1941. Parution de Libération, journal clandestin de Libération-Sud

Janvier 1942. Premier contact de l'envoyé de De Gaulle, Jean Moulin, avec Libération-Sud.

Janvier 1943. Libération-Sud entre avec Combat et Franc-tireur dans les Mouvements unis de la Résistance (MUR)

Mai 1943. Libération-Sud est représenté dans le Conseil national de la Résistance, dirigé par Jean Moulin.

 

 

Q17. Quand et dans quel but a été fondé le journal de Libération ? Que dénonce la Une de 1943 ? Le journal Libération est fondé en juillet 1941 pour lutter par la propagande contre l’occupation allemande mais aussi le régime de Vichy.

La Une de 1943 dénonce la mise en place du STO par le gouvernement de Vichy mais aussi l’exécution de résistants par l’armée allemande.

 

 

Doc. Chronologie.

Fin 1940. Fondation de Libération-Sud en zone libre par Emmanuel d'Astier de la Vigerie.

Juillet 1941. Parution de Libération, journal clandestin de Libération-Sud

Janvier 1942. Premier contact de l'envoyé de De Gaulle, Jean Moulin, avec Libération-Sud.

Janvier 1943. Libération-Sud entre avec Combat et Franc-tireur dans les Mouvements unis de la Résistance (MUR)

Mai 1943. Libération-Sud est représenté dans le Conseil national de la Résistance, dirigé par Jean Moulin.

 

 

 

https://static.blog4ever.com/2008/09/243973/artfichier_243973_6767450_201701062450618.jpg

 

 

Q18 Quelles sont les actions militaires menées par le mouvement ? Les actions militaires du mouvement consistent à s’attaquer aux forces de répression françaises et à pratiquer des sabotages contre l’armée allemande.

 

 

Doc. L'action militaire du mouvement.

« L'exemple de Combat et plus encore la mission de Jean Moulin nous avaient convaincus de la nécessité de distinguer dans notre organisation un secteur orienté vers l'action militaire et j'avais été chargé de le mettre sur pied (…) Après avoir identifié ceux des militants qui étaient motivés pour le combat armé, il s'agissait de leur demander de s'organiser eux-mêmes en petits groupes de six personnes, en désignant en leur sein un responsable. Ils devaient se procurer des armes en attendant le moment où nous pourrions en obtenir pour eux. Leur tâche immédiate était de repérer les points vulnérables dans l'appareil répressif de Vichy (…) Il leur revenait également d'effectuer des actions de sabotage dans les usines, les dépôts et les communications utiles à l'ennemi. » (Raymond Aubrac, Où la mémoire s'attarde, 1996)

 

 

Q19 Quel passage évoquent les valeurs de la Résistance, le danger de mort, la vie clandestine ?

Passages évoquant les valeurs de la Résistance : « Les Allemands étaient chez moi/on m’a dit : « Résigne toi »/Mais je n’ai pas pu. »

Passage évoquant le danger de mort : « Hier encore nous étions trois/il ne reste plus que moi/Le vent souffle sur les tombes. »

Passage évoquant la vie clandestine : « Personne ne m’a demandé d’où je viens où je vais/Vous qui le savez/Effacez ma trace/J’ai changé cent fois de nom/J’ai perdu femmes et enfants/Et je tourne en rond dans les prisons des frontières. »

 

 

Doc. Un chant de la Résistance.

(Chant composé par Emmanuel d'Astier de la Vigerie et Maurice Druon, musique d'Anna Marly)

« Les Allemands étaient chez moi

On m'a dit : « résigne toi »

Mais je n'ai pas pu

et j'ai repris mon arme.

Personne ne m'a demandé

D'où je viens et où je vais,

Vous qui le savez

Effacez ma trace.

J'ai changé cent fois de nom,

J'ai perdu femme et enfants,

Mais j'ai tant d'amis

J'ai la France entière.

Hier encore nous étions trois,

Il ne reste plus que moi,

Et je tourne en rond.

Dans les prisons des frontières

Le vent souffle sur les tombes

La liberté reviendra (...) »

 

 

Q20. Comment s’établit la liaison entre Libération-Sud et de Gaulle ? Quels intérêts a Libération-Sud de se rallier à De Gaulle ? La liaison entre Libération-Sud et le général de Gaulle passe par Jean Moulin, qui indique à un des chefs de ce mouvement de Résistance intérieure les volontés du chef des FFL. Libération-Sud a besoin du soutien matériel et financier que de Gaulle peut obtenir des Alliés pour mener la lutte en France contre les Allemands de Vichy.

 

 

Doc. La rencontre avec Jean Moulin.

« Au tout début de l'année 1942, je fut chargé d'accueillir « Rex » (Jean Moulin) et je vis arriver un homme de taille moyenne dont le visage apparaissait à peine entre le foulard et le feutre. Après échange du mot de passe, « Rex » me conduisit dans un logement voisin. Je lui demandai ce que je pouvais faire pour lui.

« Je suis envoyé par le général de Gaulle pour remplir une mission dont je vais vous donner connaissance. » Tirant de sa poche une boite d'allumette, il en enleva le double fond pour extraire la réduction photographique d'un ordre de mission qu'il m'invita à lire en me tendant une loupe.

Il devait organiser dans la zone sud la coordination des mouvements de résistance, auprès desquels il était désigné comme le représentant du Général. Il lui incombait également de mettre sur pied une « armée secrète » par la fusion des organisations militaires de chaque mouvement. Il disposait, me dit-il, des moyens de liaison avec Londres et il était en mesure d'obtenir les aides financières dont il savait que nos mouvements avaient le plus grand besoin. » (Raymond Aubrac, Où la mémoire s'attarde, 1996)

 

 

Paragraphe. Dès le début de l'armistice quelques Français le rejettent et entrent en Résistance. Le 18 juin 1940, un général inconnu, le général De Gaulle lance un appel à la résistance et à le rejoindre à Londres. Il estime que la guerre n’est pas terminée, et que la France peut continuer la lutte depuis son empire colonial, avec le soutien de la flotte britannique et du matériel militaire américain.

De Gaulle agit à la fois à l’extérieur en formant une armée qui doit lutter aux côtés des alliés (Forces Françaises Libres) et à l’intérieur en essayant de rassembler les mouvements de résistance (Forces Françaises de l’Intérieur) autour de lui. Ce rôle est dévolu à Jean Moulin qui va mettre sur pied et diriger le Conseil National de la Résistance (CNR) jusqu’à son arrestation le 23 juin 1943 à Caluire.

Le mouvement Libération-Sud naît en zone libre à la fin de l’année 1940. Il est dirigé par E d’Astier de la Vigerie. Raymond et Lucie Aubrac participent à sa fondation.

Les résistants mènent d’abord des actions de propagande, en particulier par le biais d’un journal « Libération ». Puis ils pratiquent l’espionnage au profit des alliés et s’organisent en commandos pour mener des actions militaires : attentats contre les forces allemandes et de Vichy, sabotages des infrastructures. Ils mènent une vie clandestine très dangereuse car ils sont en permanence pourchassés par la milice française ou la Gestapo allemande.

Dès 1943, Libération-Sud commence à se rapprocher des autres mouvements de résistance comme Combat et Franc Tireur. En mai 1943, il adhère au CNR.

 

 

Conclusion.

 

 

L’offensive allemande de mai 1940 provoque la défaite de la France et la mort de la IIIe République qui est remplacée par un régime dictatorial dirigé par le Maréchal Pétain. Celui-ci entre rapidement dans la voie de la collaboration avec l’Allemagne, mais il se heurte à une résistance dirigée depuis Londres par le général De Gaulle.



09/01/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 332 autres membres