2012. Afghanistan. Haine croissante entre soldats afghans et étrangers.

AFGHANISTAN : Entre soldats afghans et étrangers : une haine croissante

 

 

            « Par haine, pour l'honneur, par idéologie ou règlement de comptes personnel, un nombre croissant de soldats et de policiers afghans retournent leurs armes contre les militaires étrangers de l'OTAN qui se battent à leurs côtés. L'armée française en a fait pour la seconde fois l'expérience vendredi, avec le meurtre de quatre militaires par un soldat de l'armée nationale afghane. Le 29 décembre, déjà, une fusillade similaire avait coûté la vie à deux légionnaires français.

 

            Les forces américaines ont connu de telles fusillades depuis 2007 au moins, selon un rapport interne de l'ISAF (la force de l'OTAN en Afghanistan), dont le contenu a été rendu public en juin 2011 et que le New York Times reprend vendredi. La multiplication de ces incidents révèle une animosité croissante entre les forces étrangères et les Afghans qu'ils sont censés former, afin de mettre un terme à leurs propres missions de combat d'ici à la fin 2014.

 

            En dix ans de guerre, cette animosité s'est trop profondément installée pour être mise exclusivement sur le compte des infiltrations d'insurgés dans les forces afghanes, selon ce rapport. "Il est clair que les altercations meurtrières ne sont ni rares ni isolées ; elles reflètent une menace en hausse rapide et systématique (dont l'ampleur pourrait être sans précédent entre 'alliés' dans l'histoire militaire moderne)", écrit son auteur, qui précise que les déclarations contraires de l'OTAN "semblent peu sincères, sinon intellectuellement profondément malhonnêtes".

 

            Toujours selon ce rapport, entre mai 2007 et mai 2011, au moins cinquante-huit soldats de l'OTAN ont été tués dans vingt-six attaques, par des soldats et des policiers afghans. La plupart de ces attaques ont eu lieu depuis octobre 2009. Sur la période entière, elles ont causé 6 % des pertes de l'OTAN dans des opérations de combat.

 

            Depuis 2004, quatre-vingt-deux militaires français sont morts en Afghanistan. L'été dernier, après la mort de cinq soldats dans un attentat, la veille du 14 juillet, "la posture française a changé : il s'agit de prendre moins de risques en étant en appui" de l'armée nationale afghane (ANA), écrit vendredi le journaliste spécialisé Jean-Dominique Merchet, sur son blog Secret Défense. "Problème : le danger vient aujourd'hui des rangs même de l'ANA..."

 

            Le rapport de l'OTAN est le fruit d'une enquête menée auprès de 613 soldats et policiers afghans, 215 soldats américains et 30 interprètes travaillant pour les forces américaines. Ces témoignages ont été recueillis dans trois provinces de l'Est afghan, leur auteur considérant les conclusions de son rapport comme représentatives de la situation nationale.

Un porte-parole de l'OTAN les condamnait en juin 2011 dans le Wall Street Journal, dénonçant une enquête "systématiquement biaisée, souffrant de généralisations, d'échantillons trop étroits, d'une rhétorique non professionnelle et de sensationnalisme". Il avait été classé confidentiel après sa mise en circulation. La coalition ne l'a pas commenté à nouveau, après la republication de ses conclusions vendredi dans le New York Times.

 

            Selon un colonel de l'armée afghane, cité vendredi par le Times, "l'impression de haine augmente rapidement" dans les relations entre forces afghanes et américaines. L'officier décrit ses troupes comme des "voleurs, des menteurs et des drogués", et les Américains comme "des brutes grossières et arrogantes". "Je crains que cela ne devienne bientôt un problème majeur dans les rangs subalternes des deux armées,� concluait-il. »

 

 

Le Monde.fr du 20 janvier 2012.



03/03/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 329 autres membres