Vocabulaire de la Bande dessinée (Article)

VOCABULAIRE DE LA BANDE DESSINEE.

 

Angle de vue. Hauteur à laquelle se trouve placé le regard du lecteur par rapport au sujet représenté. (Synonyme : visée)

 

Appendice. Signe graphique qui sert à relier le personnage avec ses paroles ou pensées contenues dans une bulle. L’appendice peut prendre la forme d’un simple trait, d’une flèche ou de petits cercles pour évoquer les pensées du personnage. (Synonyme : queue, pointe).

 

Ballon. Voir bulle.

 

Bande. Série de cases disposées sur une ligne horizontale (synonyme : strip).

 

Bible. Texte de référence utilisé par les scénaristes qui travaillent sur une série. Ce texte définit le caractère de tous les personnages de la série, leurs principales actions ainsi que les liens qui les unissent.

 

Bords perdus. Vignettes qui vont jusqu’au bord de la page sans laisser de marge blanche. Le dessin n’a pas alors de limite spatiale et semble se poursuivre au-delà de l’album.

 

Bulle. Espace délimité par un trait qui peut prendre différentes formes. Cet espace contient les paroles ou pensées des personnages (synonyme : phylactère, ballon).

 

Cadre. Trait qui encadre le dessin dans une case. Le trait peut être rectiligne, ondulé. Il est souvent rectangulaire. L’absence de cadre autour du dessin créé un effet qui distingue cet élément de l’ensemble. L’espace hors cadre est tout ce que voit l’œil en dehors du cadre. Lorsqu’un élément dépasse du trait qui délimite le cadre, il y a une sortie de cadre.

 

Cartouche. Voir encadré narratif.

 

Case. Dessin bordé par un cadre. La case est l’unité de base de la narration en BD. Les cases représentent un moment de l’histoire et le lecteur fait l’effort d’imagination qui consiste à relier ces différentes cases formant un tout cohérent. (Synonyme vignette).

 

Case planche. Case qui prend la dimension d’une page.

 

Case relais. Elle ressemble à un insert mais déborde sur la case qui la précède et la suit.

 

Champ. Le champ représente une vision de la scène.

 

Coloriste. Personne chargée de mettre en couleurs les planches du dessinateur. Comme le dessin et le texte, la couleur a aussi une fonction narrative.

 

Comics. Bande dessinée issue des Etats-Unis.

 

Contre champ. Le contre champ représente une vision opposée de la scène, à 180°, ou un peu moins de cette scène.

 

Contre plongée. Lorsque la vue se trouve en dessous de l’objet représenté.

 

Echelle de plans. Variation de la distance à laquelle le sujet et représenté.

 

Effet Marey. Jules Marey, photographia les phases successives d’un mouvement. En BD, certaines parties du personnage sont alors démultipliées, ce qui sert à montrer le mouvement.

 

Ellipse. Contraction du temps du récit (ex un homme ferme sa porte d’appartement ; puis il est assis à côté d’une femme qui tient un bouquet de roses. Nous n’aurons pas vu le trajet de l’homme, ni l’achat des roses. Il y a donc une ellipse).

 

Encadré narratif. Espace souvent rectangulaire situé dans la case. Cet espace permet au narrateur, par exemple, de donner des indications spatiales et temporelles (synonyme : cartouche, espace récitatif, espace diégétique, pavé narratif).

 

Espace diégétique. Voir encadré narratif.

 

Espace récitatif. Voir encadré narratif.

 

Episode. Unité de temps et d’action.

 

Gouttière. Voir intercase.

 

Gros plan. Vue qui cadre, en général, le visage. Le très gros plan permet d’isoler un détail.

 

Hors champ. Désigne ce que l’on ne voit pas mais qui a une existence dans le récit.

 

Idéogramme. Signe graphique qui dans la BD représente une pensée ou un sentiment.

 

Insert. Enchâssement d’une case dans une autre.

 

Intercase (espace intercase). Espace souvent blanc, qui se trouve entre les cases (synonyme : espace inter iconique, gouttière).

 

Lettrage. Ecriture des lettres composant le texte dans les bulles ou les récitatifs.

 

Ligne claire. Style graphique réaliste représenté par une grande lisibilité de la planche avec une absence d’ombres et de hachures. Les personnages et les objets sont délimités par un trait à l’encre de même épaisseur. Hergé (Tintin) est l’un des représentants de ce style graphique.

 

Manga. Bande dessinée japonaise principalement en noir et blanc qui se lit de droite à gauche.

 

Onomatopée. Correspond à la bande son et plus particulièrement, aux bruitages. Les onomatopées rappellent souvent le verbe d’origine en anglais (sniff, splash, etc..). Le dessinateur peut évoquer la puissance du son en variant l’épaisseur des caractères.

 

Pavé narratif. Voir encadré narratif.

 

Perspective. C’est l’art de donner un reflet de profondeur à un objet, qui possède dans la réalité trois dimensions et se trouve reproduit sur une surface plane.

 

Phylactère. Voir bulle.

 

Plan américain. Angle de vue choisi dans l’illustration d’une case qui coupe les personnages à mi cuisse.

 

Plan d’ensemble. Vue de très loin qui permet de présenter le décor (synonyme : Plan général).

 

Plan général. Voir plan d’ensemble.

 

Plan moyen. Angle de vue choisi dans l’illustration d’une case qui permet de voir les personnages en entier.

 

Plan rapproché. Angle de vue choisi dans l’illustration d’une case qui coupe le personnage au niveau du buste.

 

Planche. Page de bande dessinée. Son nom vient de la planche à dessin sur laquelle travaille le dessinateur.

 

Plongée. Lorsque notre point de vue se trouve au dessus de l’objet représenté.

 

Pointe. Voir appendice.

 

Profondeur de champ. Zone de netteté dans le plan.

 

Queue. Voir appendice.

 

Raccord. Permet de faire un lien entre les cases afin de rendre plus fluide la narration. Le raccord peut être textuel, visuel, temporel, spatio temporel.

 

Récitatif. Voir encadrement narratif.

 

Scénariste. Personne qui imagine et écrit l’histoire selon les codes propres à la BD.

 

Scène. Unité de temps et d’action.

 

Séquence. Unité de temps et d’action.

 

Strip. Voir bande.

 

Vignette. Voir case.

 

Visée. Voir Angle de vue.

 

Vision subjective. Système de représentation à la 1ere personne permettant de voir par les yeux du personnage ou au dessus de son épaule.

 

Vue normale. Correspond à une vision à « hauteur d’homme. »

 

 

Dernière mise à jour : 21 janvier 2014



21/01/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 329 autres membres