Chronique histoire des Vosges : 1919 -1920

CHRONIQUE HISTOIRE DES VOSGES : 1919 -1920

 

 

1919

 

Janvier 1919Remiremont. La paroisse de Remiremont demande au conseil municipal et obtient la permission de faire graver des plaques de marbre aux noms des victimes de la guerre. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

12 février 1919Bresse (La). Le conseil municipal décide l’édification d’un monument aux morts. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

Février 1919Remiremont. L’abbé CHARDIN curé de la paroisse ouvre une souscription publique pour financer les plaques. Elle rapportera 8000 francs. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

21 mars 1919Remiremont. Sur la proposition de Mr LANG, le conseil municipal met en place une commission de 6 personnes pour étudier un projet de monument aux morts. Elle comprend Deux conseillers, Mr Stéphane MOUGIN avocat et historien local, PERRONarchitecte, Bernard PUTON président du tribunal, Pierre WAIDMANN artiste peintre. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

5 avril 1919Dommartin-les-Remiremont. Mise en place d’un comité de 22 membres pour réfléchir à un projet de monument aux morts. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

29 avril 1919Remiremont. Sur proposition de la commission, le conseil municipal organise un concours pour le choix du monument aux morts et vote un crédit de 100.000 francs. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

7 juin 1919Eloyes. Le conseil municipal décide une souscription pour la pose de plaques commémoratives et l’érection ultérieure d’un monument. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

28 juin 1919Vecoux. Inauguration dans la salle des mariages de la mairie d’un tableau portant les noms des 51 soldats de Vecoux victimes de la guerre. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

2 août 1919Gérardmer. Le 152e RI quitte sa garnison pour s’installer à Colmar. (www.armees.com)

 

14 août 1919Rochesson. Le conseil municipal décide d’élever un monument aux victimes de la guerre « voulant honorer dignement la mémoire des braves combattants de la commune et leur donner un témoignage d’admiration et de reconnaissance. » (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

23 août 1919Ferdrupt. Le conseil municipal évoque l’érection d’un monument aux morts dans le cimetière. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

1er dimanche de septembre 1919Ramonchamp. Inauguration du monument aux morts. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

9 septembre 1919Ventron. Le maire propose au conseil municipal, qui l’accepte, d’ériger un monument pour « perpétuer le souvenir des enfants de la commune morts pour la défense de la patrie. » (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

9 octobre 1919Eloyes. Le conseil municipal vote une subvention de 5000 francs. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

15 octobre 1919Remiremont. Publication du règlement du concours pour le monument aux morts. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

22 octobre 1919. La commune de Xonrupt est créée aux dépens de la commune de Gérardmer.

 

30 octobre 1919Dommartin-les-Remiremont. Le comité du monument aux morts reçoit l’agrément du ministère de l’intérieur. C’est ce comité qui mènera le projet à son terme. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

1er novembre 1919. Remiremont. Inauguration dans le hall de la mairie d’un cadre contenant la liste calligraphiée des victimes de la guerre. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

2 novembre 1919.

 

Pouxeux. Inauguration du monument paroissial. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

Thiéfosse. Le curé de la paroisse fait l’appel des morts. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

15 novembre 1919Le Thillot. Le conseil municipal vote un budget de 10.000 francs pour l’érection d’un monument. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

16 novembre 1919Elections législatives au scrutin de liste. Les Vosges ont 7 députés.

  • Inscrits : 113.267

  • Votants : 79.877

  • Suffrages exprimés : 77965

  • La liste de Maurice FLAYELLEl (A), Bloc national obtient 176.111 voix

  • La liste Constant VERLOT (B), Union républicaine démocratique obtient 145.730 voix

  • Maurice FLAYELLE (A) : 36.440 voix

  • René FONCK (B) 29.799 voix

  • Constant VERLOT (B)

  • Hubert BAZELAIRE de LESSEUX (A)

  • Maurice Jean KEMPF (A)

  • Marie Edouard MATHIS (Entente républicaine démocratique)

  • Aimé PITON (liste socialiste)

 

Décembre 1919Gerbamont. Le conseil municipal vote une subvention de 1300 francs pour réaliser une plaque commémorative. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

10 décembre 1919Le Tholy. Inauguration du monument aux morts paroissial. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

24 décembre 1919Epinal. Crue de la Moselle et inondations.

 

28 décembre 1919Saint-Nabord. Le Conseil municipal accepte un devis de 24.200 francs pour la construction d’un monument aux morts. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

1920

 

8 janvier 1920Vagney. Le conseil municipal prend la décision d’ériger « un monument aux Héros morts pour la France. » (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

11 janvier 1920. Elections sénatoriales.

  • THIERRY comte d’ALSACE est réélu avec 545 voix sur 1006.

  • Félix Jules MELINE est réélu. 

  • Henry Hippolyte Paul BOUCHER  ne se représente pas.

 

12 janvier 1920Eloyes. Présentation par le maire au conseil municipal du projet de monument aux morts qui adopte le projet deMartial FRANCOIS architecte à Remiremont. Le conseil municipal vote une nouvelle subvention de 7000 francs et affecte les revenus de la fête patronale pour l’année 1920 au projet. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

14 janvier 1920Saint Maurice sur Moselle. Délibération du conseil municipal décidant de l’érection d’un monument aux morts et vote d’un crédit de 2.500 francs. Une commission est formée pour étudier les plans et les devis. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

26 janvier 1920Vecoux. Le conseil municipal adopte une délibération qui demande au préfet l’autorisation de passer un marché de gré à gré pour l’érection d’un monument aux morts. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

Février 1920Dommartin les Remiremont. La commune vote une subvention de 30.000 francs pour le projet de monument aux morts. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

5 février 1920 Gerbamont. Le conseil municipal vote une deuxième subvention pour l’érection du monument aux morts. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

8 mars 1920Gerbamont. Le conseil municipal vote une troisième subvention pour l’érection du monuments aux morts, qui avec celle du 5 février représente la somme de 2600 francs. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

28 mars 1920. Déclaration d’utilité publique d’une ligne de chemin de fer Saint-Dié - Strabourg. La compagnie des chemins de fer de l’est est chargée de la construction de la ligne entière et de l’exploitation du tronçon Saint-Dié – Provenchères. (Wiki)

 

31 mars 1920Saint-Maurice-sur-Moselle. La commission arrête son choix sur un projet présenté par Isidore ETIENNE de Planois. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

16 mai 1920Granges-de-Plombières. Le conseil municipal accepte un devis de 21.000 francs pour l’érection d’un monument aux morts. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

22 mai 1920Rochesson. Signature d’un contrat avec Auguste PERRIN artisan de Rochesson pour l’érection du monument aux morts pour la somme de 20.000 francs. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

Juin 1920Dommartin-les-Remiremont. La subvention est augmentée de 4695 francs. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

11 juin 1920Ban-de-Sapt. Réponse du maréchal JOFFRE sur la question de l’érection d’un monument à La Fontenelle.

« Nulle province plus que les Vosges n’a offert avec plus de générosité le sang de ses fils pour le salut de la Patrie. Un tel sacrifice doit être perpétué pour la mémoire reconnaissante des générations futures et dans ce but, nul lieu ne pouvait être mieux choisi que la Tête de La Fontenelle, témoin d’une lutte sanglante et glorieuse. En effet, dans les journées des 8 et 24 juillet 1915, la 41e division composée en grande partie de Vosgiens, et tout particulièrement le 43e Territorial, grâce à son courage et à son patriotisme, reprenait à l’ennemi un terrain fortement organisé en lui faisant plus de 2000 prisonniers et en prenant un immense butin. » (J.J. Martin 1945)

 

2 août 1920Ruaux. Le maire commence à se renseigner auprès de l’entreprise Leroy de Remiremont sur les prix d’un monument. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

29 août 1920Ruaux. Le conseil municipal adopte le projet de monument aux morts. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

30 août 1920. Citations à l’ordre de l’armée.

  • Ville de Raon l’Etape. « Vaillante cité qui a vu ses édifices et une grande partie de ses maisons brûlés, ses foyers pillés, ses habitants brutalisés au cours d’une occupation de trois semaines par l’ennemi au début de la guerre. Soumise par la suite à de fréquents bombardements a fait preuve d’une belle ténacité en attendant l’heure de la victoire. » 

  • Village de Vexaincourt. « Incendiée à la main au début de la guerre par les Allemands qui ont fusillé ses notables et commis les pires exactions, a fait preuve en ces circonstances douloureuses du plus pur patriotisme et de la plus belle abnégation. »

  • Ville de Senones. « Demeurée pendant toute la guerre dans la zone de bataille, a été presque entièrement détruite. Malgré ses deuils et ses ruines, a gardé un moral intact, faisant preuve du plus bel esprit de sacrifice. »

  • Commune de Ban de Sapt. « A été entièrement détruite par le canon de l’ennemi tant au cours des violents combats de 1915 que par de fréquents bombardements ultérieurs qui ont fait de nombreuses victimes parmi ses habitants. Par son héroïque sacrifice a bien mérité de la patrie. »

  • Commune de Frapelle. « Située en première ligne et transformée de ce fait en centre de résistance par l’ennemi, a été presque entièrement détruite par les bombardements au cours de près de quatre années d’occupation. A eu sa population soumise à toutes les souffrances de la guerre. »

  • Ville de Provenchères-sur-Fave. « A subi les atteintes de l’ennemi dès le début de la campagne. Occupée pendant toute la guerre, a fait preuve des plus belles qualités de patriotisme malgré les nombreux bombardements auxquels elle a été soumise et les pertes subies par sa population. »

  • Commune de Lusse. « Située dans les premières lignes ennemies pendant toute la campagne, a été soumise de ce fait à des bombardements continuels qui ont fait dans sa population de nombreuses victimes. A enduré avec courage et abnégation les tortures d’une occupation brutale. » 

  • Commune de Sainte-Barbe. « A subi sans faiblesse, au début de la guerre l’occupation  de l’ennemi, supportant avec courage ses réquisitions et ses crimes. A vu une partie de ses maisons détruites par l’incendie et fusiller et déporter nombre de ses habitants. Par sa belle tenue a bien mérité de la patrie. » 

  • Village de Saint-Benoît. « Objectif des deux adversaires au cours de la bataille de septembre 1914, a eu ses maisons presque toutes détruites ou gravement endommagées, sans que cependant ses habitants aient songé à quitter leurs foyers ayant un ordre impératif du commandement, se montrant ainsi digne de la reconnaissance du pays. »

  • Commune de Domptail. « A été victime de la sauvagerie des Allemands qui le 27 août 1914 ont incendié le village et emmené les notables en captivité. Délivrée le 11 septembre 1914 après avoir subi toutes les horreurs de la guerre, a bien mérité de la patrie par la belle attitude de ses habitants. » (JO du 2/9/1920)

 

30 août 1920Remiremont. Le jury du concours informe le conseil municipal qu’il n’a retenu aucun des projets présentés. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

20 septembre 1920Remiremont. Une souscription publique ouverte quelques mois plus tôt a déjà rapporté 14.299 francs. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

Septembre 1920Bresse (La) Le conseil municipal accepte le projet de l’architecte HINDERMEYER  pour la somme de 257.250 francs. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

21 octobre 1920. Citations à l’ordre de l’armée.

  • Wisembach. « Située pendant quatre années sur la ligne de feu, a été en partie détruite par de violents et nombreux bombardements. Malgré les victimes dans sa population et les atrocités commises par un ennemi qui fusilla plusieurs de ses habitants, a fait preuve de la plus ferme constance et du plus beau patriotisme. A bien mérité du pays. »

  • La Neuveville-les-Raon, Doncières, Anglemont, La Petite-Fosse. « Après avoir été le théâtre de violents combats en août et septembre 1914, ont été en partie détruites par les bombardements et l’incendie. Par leurs souffrances et l’héroïsme de leurs habitants, dont plusieurs ont été tués ou blessés, ont bien mérité du pays. »

  • Clézentaine. « A été l’objet, au début de la guerre, de violents bombardements qui l’ont en partie détruite. Malgré ses deuils, a montré dans les épreuves une fermeté d’âme et un courage admirables. » 

  • Ménil-sur-Belvitte, Saint-Pierremont. «Envahie par les Allemands en août et septembre 1914, ont été en partie détruite par de nombreux bombardements et l’incendie. On fait preuve de la plus courageuse résignation, malgré les pertes subies par leur population. » (JO du 23/10/1920)   

 

22 octobre 1920Ruaux. Signature d’un contrat entre la mairie et l’entreprise Leroy pour l’édification du monument pour une somme de 10.500 francs. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

31 octobre 1920Saint Maurice sur Moselle. Inauguration du monument aux morts en présence du député Maurice Flayelle. Il a coûté au total 44.100 francs. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

Octobre 1920Bresse (La). Le préfet des Vosges s’étonne du prix du projet trop élevé pour la taille de la commune et insiste pour que le projet soit revu à la baisse suite à une plainte d’habitants. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

6 novembre 1920Bresse (La). Réunion extraordinaire du conseil municipal qui maintient le projet en état. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

7 novembre 1920Raon-aux-Bois. Inauguration du monument aux morts en présence du député Maurice FLAYELLEl. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

10 novembre 1920Saint-Amé. Délibération du conseil municipal autorisant l’érection d’un monument aux morts pour un devis initial de 26.200 francs. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

11 novembre 1920Saint-Etienne-les-Remiremont. Inauguration du monument aux morts. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

14 novembre 1920. Hadol. Inauguration du monument aux morts. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

15 novembre 1920Eloyes. Adjudication des travaux pour le monument aux morts à l’entreprise Célestin ADAM de Basse sur le Rupt. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

21 novembre 1920Ferdrupt. Le conseil municipal vote le projet d’érection d’un monument aux morts. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

22 novembre 1920Ruaux. La préfecture des Vosges ratifie le projet de monuments aux morts de la commune. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

5 décembre 1920Pouxeux. Le conseil municipal adopte les plans et le devis d’un monument aux morts. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

11 décembre 1920Saint Nabord. Inauguration du monument aux morts en présence du sous préfet FLEURY et du député Maurice FLAYELLE. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

12 décembre 1920Vecoux. Signature d’un contrat avec Albert LEROY entrepreneur à Remiremont. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

Décembre 1920Ferdrupt. La décision est prise d’ériger le monument sur la place de l’église. (14-18 dans le pays de Remiremont 1999)

 

Date de création : 26 avril 2021



27/04/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 802 autres membres