Présentation (Article)

PRESENTATION.

 

 

Cette présentation reprend l'ensemble des volumes de l'histoire de France publiée chez Belin sous la direction de Joël Cornette.

 

Cette nouvelle histoire de France se présente sous la forme de 13 volumes plus 1 volume de cartes.

 

 

Volume 1. La France avant la France (481-888) (Geneviève Bührer-Thierry, Charles Mériaux) (janvier 2013) (687 pages)

 

Introduction au volume 1.

 

En 481 ou 482, Clovis succède à son père Childéric à la tête d'un groupe de guerriers francs.

 

« En 481 ou 482 commence donc la construction d'un ensemble politique, le royaume des Francs (Regnum Francorum) dans la continuité duquel se placèrent tous les souverains du Moyen Age et des Temps modernes. On peut affirmer que, dans la perspective d'une histoire politique du pouvoir et de ses représentations, la royauté franque du Ve siècle marque bien le début de l'histoire de France. Il faut cependant attendre l'année 888, lorsque se désagrège définitivement l'unité franque à la suite du règne de l'Empereur Charles le Gros pour constater que l'histoire du royaume de France occidentale diffère de celle des autres royaumes nés du partage de Verdun de 843. L'histoire de France ne se confond plus avec celle des Francs. »

 

L'historiographie des XIXe et début XXe pensait en termes de ruptures brutales. Actuellement elle penche plutôt vers des transformations progressives. « Les Francs n'ont jamais représentés un peuple homogène qui aurait surgi au Ive siècle des forêts de Germanie pour imposer brutalement sa domination en Gaule. »

 

« Entre le VI e et le IX e , l'identité franque ne constituait pas une réalité ethnique, mais une construction progressive. Au cœur du Franc, il y a l'élaboration de la royauté, c'est à dire d'une représentation du pouvoir qui se nourrit de références romaines et d'une pratique caractérisée par des liens privilégiés avec les élites guerrières. »

 

1ere partie. Les Mérovingiens.

 

Chapitre 1. La Gaule au Ve siècle.

I. L’empreinte de Rome.

II. Des peuples germaniques au service de Rome.

III.L’installation des peuples germaniques au Ve siècle.

 

Chapitre 2. Société, culture, économie des temps mérovingiens.

I. Les forces du lien social.

II. Les transformations de la culture en Gaule mérovingienne.

III. De l’économie antique à l’économie médiévale.

 

Chapitre 3. La construction du regnum francorum (482-613).

I. Le règne de Clovis (482-511).

II. L’achèvement de l’unité (511-561).

III. L’interminable guerre civile (v 570-613)

 

Chapitre 4. L’apogée de la monarchie mérovingienne (614-639).

I. Clotaire II et l’unité retrouvée.

II. Les caractères de la royauté mérovingienne.

III. L’exercice du pouvoir local.

IV. L’extension du monde Franc.

 

Chapitre 5. Une société chrétienne.

I. L’Eglise séculière.

II. Ancien et nouveau monachisme.

III. L’attraction de l’au-delà.

 

Chapitre 6. Le lent déclin de la royauté mérovingienne.

I. Le règne des fils.

II. Le jeu de l’aristocratie (v 660-687)

III. Le principat de Pépin II (687-714)

 

2e partie. Les Carolingiens.

 

Chapitre 7. Les fondations de la puissance carolingienne.

I. Charles Martel et la consolidation de la puissance franque.

II. Pépin le Bref, le premier roi carolingien.

 

Chapitre 8. De la fondation à la fin de l’Empire.

I. La construction de l'Empire carolingien.

II. Du royaume franc à l'Empire.

III. Apogée de l'Empire carolingien

IV. L'Empire dans la tourmente.

 

Chapitre 9. Les débuts du royaume de « France »

I. Un jeune roi pour un nouveau royaume.

II. Un royaume dont la paix est sans cesse menacée.

III. Un règne tourné vers l'extérieur.

IV. A la fin du Ixe siècle, la reconfiguration des pouvoirs.

 

Chapitre 10. Une société qui pense comme une Eglise.

I. L'institution ecclésiastique dans la société.

II. Des pratiques chrétiennes dans une société chrétienne.

 

Chapitre 11. Société aristocratique et culture des élites.

I. Le monde de l'aristocratie.

II. La culture des élites.

 

Chapitre 12. Vivre, produire, échanger.

I. Vivre au domaine.

II. Habiter, exploiter, échanger.

III. Encadrement et normes sociales.

 

Chapitre 13. Les sources de l'histoire mérovingienne.

I. L'archéologie funéraire.

II. Les Histoires de Grégoire de Tours.

III. Les sources hagiographiques.

 

Chapitre 14. La postérité des Mérovingiens.

I. Les Mérovingiens au Moyen Age.

II. Une mémoire paradoxale.

III. Les Mérovingiens et l'histoire savante.

 

Chapitre 15. Femmes de pouvoir et pouvoirs des femmes dans le Haut Moyen Age.

I.Des femmes de pouvoir ?

II. Des femmes médiatrices.

 

Chapitre 16. Images.

I. Les débats du VIIIe siècle autour de la place de l'image.

II. De la glorification du texte à la tentation iconoclaste.

III. L'image comme exégèse.

 

Volume 2. Féodalités (888-1180) (Forian Mazel) (janvier 2013) (783 pages)

 

1ere partie. Après l'Empire (vers 880 – vers 1050).

 

Chapitre 1. L'heure des princes.

I. La crise des années 880 – 940.

II. La formation des principautés régionales

III. Rois et royaumes.

 

Chapitre 2. Un ordre chrétien.

I. Moines et Grands.

II. La société et le sacré.

III. Le verbe et l'écrit.

 

Chapitre 3. Une société seigneuriale.

I. Seigneurs et paysans.

II. Une première croissance.

III. Prestige dela cité, fragilité de la ville.

 

2e partie. D'un monde à l'autre (vers 1050 – vers 1180).

 

chapitre 4. La rupture « grégorienne », une révolution culturelle.

 

chapitre 5. Innovations, polémiques et retour à l'ordre.

I. Un temps d'innovations et de polémiques

II. Le raidissement de l'Eglise (1130 – 1190)

 

Chapitre 6. Le décollage urbain.

I. La croissance urbaine

II. Un nouveau monde.

 

Chapitre 7. L'affirmation de la seigneurie castrale.

I. Enracinement et déploiement de l'aristocratie.

II. La pression seigneuriale.

 

Chapitre 8. La transformation des campagnes.

I. Les nouveaux chemins de la croissance rurale.

II. Villages, finages et paysages.

 

Chapitre 9. Un nouvel horizon politique et idéologique.

I. La dynastie princière

II. Le regain de puissance du roi et de l'Empereur.

III. Société chevaleresque et culture de Cour.

 

Chapitre 10. L'atelier de l'historien.

I. Un débat historiographique. La mutation de l'an mil.

II. Histoire et archéologie.

III. Histoire et anthropologie.

IV. Art roman, art gothique.

 

Volume 3. L’âge d’or des Capétiens (1180-1328) (Jean-Christophe Cassard).

 

 

Volume 4. Le temps de la guerre de Cent ans (1328-1453) (Boris Bove) (Mars 2013) (669 pages)

 

Chapitre 1. La France en 1328 : L'équilibre.

Un royaume, des pays.

Le domaine et la mouvance.

Une administration performante.

Beaucoup d’hommes.

Un paysage humanisé.

Une économie d'échanges.

Une économie monétaire.

Les limites de la croissance et l'équilibre du début du XIVe siècle.

La gêne dans les campagnes.

Un monde urbain dominé par une élite bourgeoise.

L'étirement de la hiérarchie sociale.

Conclusion.

 

Chapitre 2. L'Etat de guerre : la crise extérieure (1337 – 1360)

Quand la souveraineté pointe sous la suzeraineté.

Le roi d'Angleterre et la question de Guyenne.

La rupture dynastique de 1328.

La guerre par procuration (1337-1343)

Les chevauchées victorieuses d'Edouard III (1345-1360)

Les années du début de la guerre de Cent ans.

Efficacité de la guerre offensive.

Conclusion. De la crise extérieure à la crise intérieure.

 

Chapitre 3. Guerre et fiscalité : la crise intérieure (1355 – 1369)

Un équilibre budgétaire fragile.

Le coût de la guerre.

La nécessité de l'impôt extraordinaire.

Tentative de contrôle de la royauté par les Etats (1343-1357)

Échec des États généraux (1358)

L’impôt permanent (1360)

La paix sans la sécurité (1358-1369)

Conclusion.

 

Chapitre 4. L'opinion, la réforme du royaume et la communication politique au 14e siècle.

La formation d'une opinion publique.

Les origines de la Réforme.

L'aspiration du pays à l'Etat de droit.

La discipline des officiers royaux.

Les acteurs économiques contre l'état d'urgence.

Fermeture du Conseil et constitution de partis sous les premiers Valois.

Les modalités de la communication politique.

Les moments privilégiés de la propagande : la guerre et la révolte.

Conclusion.

 

Chapitre 5. La victoire de l'impôt et la revanche (1369 – Vers 1400).

Les idées de réforme sous Charles V.

Une tentative de réforme par le haut.

Une guerre nouvelle (1369 – 1380)

Consolidation institutionnelle et idéologique.

Les impôts extraordinaires survivent à l’accalmie (1380 – 1388)

Les Marmousets (1388 – 1392)

Le retour des oncles et la victoire de l'impôt permanent (1392 – 1407)

La première reconstruction agricole.

Conclusion.

 

Chapitre 6. L'âge d'or curial de la fin du XIVe siècle.

Les contours de la Cour.

Un microcosme original.

Le trésor royal, ciment de la Cour.

Le roi, ordonnateur des normes politiques.

Les débuts de l'étiquette.

La définition d'une culture d'élite.

Le rayonnement de la Cour.

Le développement du marché de l'art.

Conclusion.

 

Chapitre 7. La guerre des Princes (1407 – 1435).

Les rapports ambigus du roi et des princes.

La rivalité des ducs (1392 – 1407)

L'assassinat du duc d'Orléans (23 novembre 1407)

La guerre civile sans les Anglais (1407-1415)

La guerre civile au profit des Anglais (1415 – 1420)

Les Trois France (1420 – 1435)

Le renforcement des Principautés.

Le prince et sa noblesse.

Conclusion.

 

Chapitre 8. Les épidémies et la saignée démographique (XIVe – XVe siècle).

La mesure de la saignée.

La peste noire.

L'impuissance.

La colère de Dieu.

La médecine savante face à la peste.

Les épidémies de la fin du Moyen Age.

Le nouveau régime démographique

Conclusion.

 

Chapitre 9. Dépression agraire et mutation industrielle (XIVe – XVe).

Le blocage de la croissance agricole.

Les effets des épidémies.

Les effets de la guerre.

Les effets de la fiscalité publique.

Une dépression complexe d'origine agraire.

La ruine des villes et des rentiers

Une dépression parcellisée.

Une redistribution des circuits du grand commerce.

Une mutation industrielle à la fin du Moyen Age : la draperie.

Conclusion.

 

Chapitre 10. Une société ébranlée (XIVe – XVe).

Une époque d'extrême violence ?

La crise de l'ordre public.

La réalité de la violence ordinaire à la fin du Moyen Age.

La tentation de la révolte.

Le renforcement des solidarités.

Les perdants de la crise.

Les gagnants de la crise.

Conclusion.

 

Chapitre 11. Crise de l'Eglise et essor du Christianisme (XIVe – Xve).

Les conflits générés par le développement de la monarchie pontificale

La captivité de Babylone : la papauté d'Avignon (1309 – 1317)

Le grand schisme d'Occident (1378 – 1415)

La crise conciliaire et l'affaiblissement de la papauté.

L'essor du gallicanisme.

Aggravation des dysfonctionnements du système bénéficial.

La prolifération rituelle.

Une piété sacrificielle et macabre.

Une intériorisation croissante du Christianisme.

Les inquiétudes des Chrétiens à la fin du Moyen Age.

Une religion de l'espoir.

Conclusion.

 

Chapitre 12. Le redressement : la France entre 1435 et 1461.

La fin de la guerre civile (1435).

Les réformes financières et militaires (1435-1448)

La victoire militaire (1449-1453)

La réforme administrative et le rétablissement de l'ordre public.

La Fronde des Princes

La convalescence économique.

L'apport de la propagande royale au patriotisme.

Les origines profondes du sentiment national

Guerre et patriotisme.

« Vive le roi Louis ! » (1461)

Conclusion.

 

Chapitre 13. Les sources dans le contexte culturel de la fin du Moyen Age.

Des sources matérielles toujours utiles.

Des sources écrites désormais abondantes.

L'usage croissant du français et l'influence de la langue du roi.

Les effets de l'essor du français sur l'écriture de l'histoire.

La révolution archivistique du XIVe siécle.

La mathématisation du monde et la statistique en histoire médiévale.

Compter les hommes à la fin du Moyen Age.

Conclusion.

 

Chapitre 14. Y-a-t-il une crise à la fin du Moyen Age ?

L'invention de la guerre de Cent ans à la fin du XIVe siécle.

La postérité de la guerre de Cent ans de Froissard (16e – 18e)

La fin du Moyen Age ne peut-être qu'une période de crise.

Le primat de la guerre dans l'explication de la crise (XIXe – début Xxe)

L'élargissement du questionnement historique (des années 1920 à nos jours)

L'explication malthusienne et ses prolongements (1930-1980)

la critique des explications malthusiennes

L'explication marxiste (1930-1980)

Relativisation de la crise de la fin du Moyen Age (1980-2000)

Pour ou contre la « grande dépression » ?

La vie de l'esprit a résisté à la crise.

L'histoire politique, nouvelle clef de la crise de la fin du Moyen Age.

Conclusion.

 

Chapitre 15. Entre histoire et mémoire. Jeanne d'Arc, une héroïne disputée.

La prophétesse médiévale.

La putain des Armagnacs

Les enjeux de la mémoire de Jeanne sous Charles VII.

Jeanne presque oubliée (16e – 18e)

Jeanne d'Arc, support de l'identité locale.

La fille du peuple (19e)

La révolution érudite de Jules Quicherat

La réappropriation de Jeanne par l'historiographie catholique (1850 – 1880)

La sainte (1880 – 1920)

La patronne de l'extrême droite (1920 – 2007)

Conclusion. La Jeanne pacifiée des historiens.

 

Chapitre 16. Un nouveau champ de recherche : l'alimentation à la fin du Moyen Age.

Les mystères de l'alimentation ordinaire.

Le pain

Le companage.

Le vin et les boissons.

Le régime et les rations.

La cuisine ordinaire : recettes et ustensiles.

Le repas et les rythmes alimentaires.

Spécificité de l'alimentation des élites.

Une cuisine diététique.

Le goût médiéval.

Conclusion.

 

Volume 5. Les Renaissances (1453-1559) (Philippe Hamon).

 

 

Volume 6. Les guerres de Religion (1559-1629) (Nicolas Le Roux).

 

 

Volume 7. Les rois absolus (1629-1715) (Hervé Drevillon).

 

 

Volume 8. La France des Lumières (1715-1789) (Pierre Yves Beaurepaire).

 

 

Volume 9. Révolution, Consulat et Empires (1789-1815). (Michel Biard, Philippe Bourdin, Silvia Marzagalli) (Octobre 2012) (715 pages)

 

 

Chapitre 1. Un pouvoir et une société face à leurs contradictions 1787-1789.

I. Le poids des tensions sociales.

II. Les ultimes tentatives de réformes avortées.

III. De la France des Parlements aux Etats généraux.

 

Chapitre 2. Concilier monarchie et Révolution (1789-1792) ?

I. Le séisme politique et social de 1789.

II. Construire un nouveau régime.

III. Derrière la concorde factice, une mise à mort réelle.

 

Chapitre 3. La Liberté ou la mort (1792-1795).

I. « Louis doit mourir parce qu'il faut que la Patrie vive ».

II. La République en péril.

III. Comment défendre la République tout en terminant la Révolution ?

 

Chapitre 4. Le Directoire (1795-1799).

I. La Constitution de l'an II

II. Une vie politique intense.

III. Asphyxie financière et aspirations sociales

IV. La diplomatie de la grande nation

 

Chapitre 5. Le Consulat.

I. Du Consulat à l'Empire. La mise en place d'un régime autoritaire.

II. Les bases d'un consensus.

III. Les grands chantiers du Consulat.

 

Chapitre 6. L'Empire.

I. Le nouveau régime et la redéfinition des assises sociales et politiques.

II. L'Empire et l'Europe.

 

Chapitre 7. L'état de l'économie, l’économie de l'Etat.

I. Permanences et mutations dans le monde de la production.

II. L'Etat et l'économie.

III. Le commerce maritime à l'épreuve de la guerre.

 

Chapitre 8. La Révolution française et les cultes.

I. Une Eglise divisée.

II. Une Eglise contestée.

III. « l'Eglise dans l'Etat. »

IV. La reconnaissance des minorités.

V. Le schisme et la montée de l'anticléricalisme.

VI. Fêtes civiques et déchristianisation

VII. La séparation temporaire des Églises et de l'Etat.

 

Chapitre 9. Les contre-révolutions françaises.

I. Penser la contre-révolution.

II. Mourir à Jalès.

III. Bleus et Blancs de l'Ouest.

IV. L’impuissance des émigrés.

V. Par le vote plutôt que par la botte ?

 

Chapitre 10. Relations internationales : la France, l'Europe et les colonies.

I. La France et l'Europe.

II. La France et les colonies.

 

Chapitre 11. L'omniprésence de la guerre.

I. La naissance d'une armée nouvelle

II. Le coût de la guerre.

III. Citoyens en guerre

IV. L'armée et le pouvoir politique.

 

Chapitre 12. Les sources et leur exploitation.

I. La presse et les pamphlets.

II. Les mémoires.

III. Du bon usage de l'image en général et de la caricature en particulier.

 

Chapitre 13. Problèmes et débats.

I. Les femmes dans la Révolution.

II. La première abolition de l'esclavage (1794)

III. La vente des biens nationaux.

IV. La Révolution, le monde des lettres et celui des théâtres.

V. Les interprétations de la Terreur.

VI. Révolution française, révolution atlantique.

 

Chapitre 14. Historiographie.

I. Une historiographie au contact de l’événement.

II. L'historiographie de la Révolution française au temps des Républiques.

III. L'historiographie de la période napoléonienne.

 

Volume 10. La Révolution inachevée (1815-1870). (Sylvie Aprile). (mars 2010, 670 pages)

 

Introduction au volume 10.

 

« la société française exprime tout au long de la période et de toutes parts la volonté de mettre un terme à la Révolution, dans un sens positif ou négatif. C'est l'un des fils conducteurs de cet ouvrage. Il éclaire un demi siècle d'histoire par la présence d'un passé proche projetant son ombre sur le présent, que ce soit par les prolongements institutionnels, les séquelles physiques et morales, ou les réminiscences d'une révolution à la fois fondatrice et restée inachevée. Cet inachèvement et la difficulté de surmonter la rupture ouverte en 1789 jouent un rôle moteur dans l'action et la pensée politique à compter de 1815, dans les attentes sociales, dans la vision d'un avenir qui reste conditionné par les lectures opposées que les protagonistes font de l’événement. »

 

La mémoire de la Révolution structure en profondeur l'histoire politique et sociale de la majeure partie du siècle et cette période constitue une lente et difficile sortie de guerre et de guerre civile.

 

Les caractéristiques de cette période.

 

- Apparition d'un nouvel espace politique avec l'enracinement du principe constitutionnel , l’élargissement du corps électoral, apparition de nouveaux acteurs et d'une nouvelle sociabilité politique.

 

- Développement de nouvelles idéologies (libéralisme et socialisme).

 

- Développement d'un espace public qui permet la circulation accrue des idées (presse, salon, pétitions, caricatures.

 

Chapitre 1. De Louis XVIII à Louis Philippe, la monarchie limitée.

I. Le retour des rois (1815-1830)

II. 1820-1830. De la Restauration à la réaction monarchique.

III. « Le roi est mort, vive le roi ! »

 

Chapitre 2. 1830. Une révolution et une monarchie au profit de qui ?

I. Les Trois glorieuses

II. Une révolution escamotée.

III. Les derniers feu de la monarchie.

IV. Les fabriques de l'opinion : le roi, les Chambres, l'esprit public et la rue.

 

Chapitre 3. La France des Champs et l'industrialisation.

I. Qui sont les Français ?

II. Le village : cadre de vie de la majorité des Français.

III. Modernisation douce ou industrialisation sauvage.

IV. Difficultés et faiblesses des échanges.

V. Le monde industrieux.

VI. L'organisation de la nouvelle société.

 

Chapitre 4. Le temps des possibles : réformistes, utopistes, novateurs et féministes.

I. S'opposer en proposant un nouveau modèle de société.

II. Une période contrastée sur le plan intellectuel et artistique.

 

Chapitre 5. La France, l'Europe et le monde.

I. La France et le concert Viennois.

II. La rivalité anglo-française.

III. Reprise d'une politique coloniale.

IV. L'Europe à la veille de 1848.

 

Chapitre 6. Révolution et République : retrouvailles et ruptures.

I. Comment naît la Révolution ? La crise de 1846-1848.

II. La Révolution retrouvée et perdue : février à juin 1848.

III. Quelle République ?

IV.Les mesures économiques d'urgence.

V. Les élections au suffrage universel.

VI. Le 15 mai : l'invasion de la Chambre.

VII. Le brasier de juin.

 

Chapitre 7. Une République qui se fait puis se défait.

I. La Constitution : l'équilibre des pouvoirs.

II. L'Italie au cœur : De la Fraternité au Fratricide.

III. La République réduite (Juin 1849 - Décembre 1851)

IV. Franchir le Rubicon.

V. La répression.

 

Chapitre 8. L'autorité impériale.

I. Vers le régime impérial.

II. L'opposition muselée.

 

Chapitre 9. L'Empereur et les Français.

I. L'Empire c'est la prospérité.

II. L'Empire et la guerre : une nouvelle diplomatie française ?

III. « La grande idée du régime. »

IV. L'Algérie : « un vaste royaume en face de Marseille. »

 

Chapitre 10. Les Français et l'Empire.

I. L'âge d'or des campagnes françaises.

II. Vers un monde ouvrier.

III. Les notables impériaux.

IV. Le style du Second Empire : De la crinoline au Petit Journal.

V. Le retour des oppositions.

VI. La place de l'Eglise et de la religion.

VII. Un timide parlementarisme.

 

Chapitre 11. Les dernières années : la fin du napoléonisme.

I. Le césarisme à l'épreuve du temps.

II. Les élections de 1869 et leurs conséquences.

 

Chapitre 12. L'atelier de l'historien.

I. Revisiter le 19e siècle français.

II. A quoi pensaient les historiens du 19e siècle.

III. Usages et mésusages de la littérature. Faire de l'histoire du 19e siècle avec Balzac, Flaubert, Hugo, Barbier et Poncy.

IV. Le premier siècle du regard photographique.

 

Volume 11. La République imaginée (1870-1914) (Vincent Duclert).

 

 

Volume 12. Les grandes guerres (1914-1945) (Nicolas Beaupré).

 

 

Volume 13. La France du temps présent (1945-2005) (Michelle Zancarini-Fournel, Christian Delacroix) (Août 2012) (635 pages)

 

Chapitre 1. Lendemains de guerre et reconstruction (1945 – 1951).

I. Lendemains de guerre : vers une stabilisation politique.

II. Lendemains de guerre : les réformes de structure.

III. Les ruptures de 1947.

 

Chapitre 2. La transition « modernisatrice » (années 1950, début des années 1960).

I. L'état de croissance.

II. Une nouvelle société ?

III. Le social sans « relais politique » ?

 

Chapitre 3. Les mutations du quotidien et du culturel (années 1950 – début des années 1960).

I. Le nouvel empire du privé et du quotidien.

II. Familles, sexualités et engagements idéologiques.

III. L'affirmation de l'impératif culturel.

 

Chapitre 4. De la IVe à la Ve République.

I. De Pinay à Mendes, la modernisation politique introuvable.

II. Mendès France, la modernité ambiguë.

III. La fin de la IVe République.

 

Chapitre 5. Les années algériennes.

I. Réformes, répression : l'équation insoluble.

II. La République au risque de la guerre.

III. La France métropolitaine en guerre (d'Algérie).

 

Chapitre 6. Mutations du politique (1958 – 1968).

I. 1958. Une rupture politique affirmée.

II. 1962. Une nouvelle ère politique.

III. Une politique étrangère d'indépendance nationale.

IV. La politique culturelle, outil de la grandeur.

 

Chapitre 7. Le moment 1968 et ses traces.

I. Jeunesses.

II. Mai – juin 1968 : l’événement rupture et la « crise du consentement ».

III. Persistance des contestations et réponses du politique (1968 – 1981)

 

Chapitre 8. Crises, réponses politiques et recompositions (1975 – 2005).

I. Perceptions de la crise, reconfiguration de l'emploi et chômage de masse.

II. Nouveaux modèles familiaux.

III. Massification et blocage de l'école.

IV. Villes et banlieues en crise, ethnicisation, genres et identités.

 

Chapitre 9. L'atelier de l'historien.

I. Les sources de l'histoire du temps présent.

II. Les questions en débat.

III. Directions de recherches.

IV. L'histoire de l'histoire.

 

 

Dernière mise à jour : 16 janvier 2015. 



07/05/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 332 autres membres